International › APA

La catastrophe de Bafoussam analysée par les journaux camerounais

Les lendemains du mortel glissement de terrain, survenu en début de semaine à Bafoussam (Ouest), continuent de préoccuper les journaux camerounais parus jeudi.Déjà 42 corps extraits des gravats au 2ème jour des fouilles, annonce Le Jour. Pour les survivants et leurs proches, Mutations estime que ce n’est pas seulement l’heure du deuil qui a sonné mais aussi le temps de la reconstitution d’une vie loin du lieu maudit.

The Guardian Post, qui a dépêché des équipes sur place, salue la mobilisation des secours constitués la plupart du temps par des volontaires, mais salue également la solidarité affichée du gouvernement à l’endroit des personnes affectées.

Cameroon Tribune, InfoMatin et The Post annoncent que le chef de l’État Paul Biya a décidé du déblocage d’une enveloppe de 200 millions de FCfa pour les familles sinistrées et les personnes à déplacer, soit 100 millions pour les obsèques et l’autre partie pour le recasement des victimes, les occupants du site de Gouache ayant été priés de libérer les périmètres de sécurité d’urgence. Cette cagnotte, précise La République, ira aux 50 familles endeuillées et à la relocalisation de 150 individus sur un site déjà viabilisé.

Si le président de la République sait se montrer prodigue en pareille occasion, il n’en demeure pas moins, tacle Le Messager, qu’il s’agit d’un monstre froid, celui qui préfère assister à distance plutôt que de se rendre sur le théâtre des opérations.

C’est le moment, pour Émergence, d’établir l’échelle des responsabilités dans l’éboulement mortel : entre les ministères en charge des questions d’urbanisation qui n’applique aucune norme et les mairies qui ferment les yeux lorsque les populations s’installent dans des zones réputées non constructibles.

C’était presque attendu à Bafoussam, soupire Le Financier d’Afrique, lorsqu’on sait que des milliers de familles, dans cette cité vallonnée à la pluviométrie souvent abondante, comme d’ailleurs dans bien d’autres grandes agglomérations du Cameroun, s’installent à flanc de colline au vu et au su des autorités compétentes.

style="display:inline-block;width:336px;height:280px" data-ad-client="ca-pub-9760088965124508" data-ad-slot="2140806877">


À LA UNE
Retour en haut