Eco et Business › Agro-industrie

Kolwezi : Joseph Kabila lance ce mercredi la 3ème édition de la conférence minière de la RDC

Cobalt de la RDC

Le Président Kabila séjourne depuis mardi à Kolwezi, dans le Lualaba où il a lancé mercredi ce mercredi12 septembre, la 3ème édition de la Conférence minière de la RDC.

Placé sous le thème: « l’exploitation minière face aux impératifs du développement durable des zones productrices : Apport, rôle et responsabilité de l’État, de l’industrie minière, de la société civile et des communautés locales dans une synergie transparente, à la lumière du code minier révisé ».

En organisant la conférence minière à Kolwezi, là où s’exploite le cobalt, la RDC veut lancer un signal fort à l’industrie minière et à tous les partenaires intéressés, notamment les ONG de l’environnement et de défense des droits de l’homme qui surveillent de près ce secteur.

À travers ce forum, la RDC et la province du Lualaba sont déterminées à rendre « éthique » et « propre », in fine, la chaîne de production du cobalt sur le territoire national. Voilà le challenge : rendre « propre » toute la chaîne de production du cobalt dans le Lualaba et le Haut-Katanga, les deux provinces productrices du métal vert en RDC.

D’après un communiqué de la présidence de la République, ces assises qui ont pour objectif de cerner également les efforts  fournis par le gouvernement pour orienter ces matières premières vers les objectifs du développement durable, prendront fin le 14 septembre par la lecture des recommandations.

Devant une multitude d’investisseurs, chefs d’entreprises minières œuvrant au Congo, les invités des pays partageant les mêmes ressources naturelles hors frontières vont prendre part à ces assises sur l’exploitation minière en RDC, souligne la même source.

Cobalt : la RDC représente 60% de la production mondiale

Des pays comme la France et le Royaume-Uni ambitionnent le tout électrique à l’horizon 2040. Accroître la capacité de production actuelle aura un impact direct sur la satisfaction de la demande mondiale de plus en plus croissante avec des retombées conséquentes sur tous les acteurs de la chaîne, y compris l’État congolais.

Il ne faut pas l’oublier que le recours au cobalt a été dicté par une plus grande prise de conscience des défis environnementaux sur le plan international. Avec le réchauffement climatique, les leaders du monde s’attaquent de plus en plus aux émissions polluantes, notamment l’émission des gaz à effet de serre.

Ceci fait que les entreprises qui utilisent le cobalt – parmi lesquelles des multinationales – sont souvent sous pression des ONG qui veulent connaître la traçabilité du métal vert : de l’extraction à son utilisation dans les industries occidentales.

Pour être en harmonie avec leurs propres normes, les entreprises qui utilisent le cobalt dans leur industrie sont devenues de plus en plus exigeantes – ce qui est normal – quant au respect des conditions d’extraction d’un métal qui rentre dans ce que l’on appelle « l’industrie verte », respectueuse des normes sociales et environnementales.

Aujourd’hui, le regard du monde est tourné vers le cobalt congolais produit dans les provinces du Lualaba et du Haut-Katanga car il représente, 60% de la production mondiale. Pour la RDC, et la province du Lualaba en particulier, la grande opportunité est, non seulement d’exercer leur leadership dans le concert des nations fournisseurs des matières premières, mais aussi et surtout de rassurer que la province et les populations locales puissent tirer profit et jouir de la richesse de leur sous-sol.

Plusieurs ministres, gouverneurs de provinces et les opérateurs miniers ont effectué le déplacement de Kolwezi pour prendre part à cette rencontre économique présidé par le chef de l’Etat Joseph Kabila.

À LA UNE
Retour en haut