› Non classé

Kinshasa: la taxe sur l’insalubrité bientôt insérée dans la facture de la REGIDESO

La mesure a été décidée au cours d’une rencontre lundi, 09 octobre, entre le ministre d’Etat en charge d’économie, le gouverneur de Kinshasa et les responsables de certaines structures.

Le ministre d’Etat en charge d’économie, Joseph Kapika s’est entretenu lundi 09 octobre 2017 avec le gouverneur de la ville de Kinshasa André Kimbuta Yango et les responsables de la REGIDESO, le l’OGEFREM, de la DGDA et du FPI pour examiner les instructions sur l’insertion de la taxe d’assainissement dans la structure tarifaire des entreprises précitées ainsi que la régie financière de l’Etat.

Concernant la REGIDESO, les parties se sont accordées d’insérer la taxe dans la facturation. Pour les autres entités, les experts se sont accordés sur le principe de cession d’une quotité devant appuyer la gestion de l’assainissement de la ville. Ils ont sollicité au même moment un moratoire d’une semaine afin d’obtenir les autorisations requises au ministère des finances pour accéder à la Banque de données du guichet unique géré par la DGDA.

Selon eux, ces statistiques permettront aux quatre structures étatiques de mieux appréhender la taxe d’assainissement dans leurs structures tarifaires.

Pour le ministre Kapika, la population congolaise en générale et Kinoise en particulier doit accepter de débourser les moyens pour assainir leurs villes en vue de lutter contre  l’insalubrité.

«Je pense que le dossier avance bien et tout le monde a pris conscience du problème d’assainissement surtout avec la saison de pluie. Nous avons été inondés et c’est ça qui nous a déterminé d’aller encore plus vite.  Le président de la République nous a dit lors du dernier conseil des ministres que l’assainissement de la ville de Kinshasa n’est pas simplement l’affaire du gouverneur Kimbuta seul.  C’est l’affaire de tout le monde. Nous devons faire très attention. Chaque fois qu’on demande une taxe sur l’assainissement, les gens se plaignent.  Je demande à la population de faire une petite étude, si aujourd’hui on exigeait à titre d’exemple 500 FC pour l’assainissement de la ville et que l’on refusait d’apporter cette contribution… Je demande aux congolais de comparer les 500 FC au coût d’une ordonnance de typhoïde, de la malaria, des diarrhées sanguines ou encore des funérailles étant donné que c’est l’insalubrité qui est à la base de plusieurs maladie mortelle actuellement »,  a déclaré le ministre Kapika.

Pour sa part, le gouverneur Kimbuta qui représentait tous les gouverneurs de la RDC estime que la taxe sur l’assainissement ne concerne que les villes. Pour lui, tout ce qui est fait en ce moment concerne toutes les villes du pays.

Peu avant cette rencontre, le ministre Kapika s’est entretenu avec les opérateurs économiques membres de la Fédération des entreprises du Congo (FEC) concernant le paiement des impôts, droits, taxes et redevances dans la monnaie ayant fait l’objet de la transaction.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut