Société › Actualité

Kinshasa : de faux fous arrêtes avec les armes et de l’argent à Limete

Le fou

Les ennemis de la RDC semblent avoir opté pour de nouvelles stratégies d’infiltration dans le but de troubler la quiétude qui s’observe actuellement sur l’ensemble du territoire national.

Il n’y a pas que l’Est de la RDC qui est  jugée zone  sensible au plan sécuritaire, où opèrent les groupes armés, nationaux comme étrangers, qui constituent une menace permanente pour la paix et la démocratie en République Démocratique du Congo.
Incroyable mais vrai ! Des personnes donnant l’impression d’être des malades mentaux ont été démasquées et appréhendées mardi 9 juillet dernier après-midi à Limete, plus précisément dans le périmètre abritant la permanence de l’UDPS, sur la 11ème rue petit Boulevard. Ces individus, au nombre de quatre, trimballant des colis apparemment composés de vêtements usagés, de vieux gobelets en plastiques, de restes de nourritures et autres bricoles, ont intrigué les combattants de ce parti et les gens des environs par des navettes répétées et suspectes répondant à un plan préétabli.
Dans un premier temps, leur état physique les faisait effectivement passer pour des déséquilibrés mentaux. Mais la fréquence de leurs allées et venues a poussé l’équipe de sécurité de l’UDPS à les interpeller au moment de leur nième passage devant la permanence. Curieusement, une fouille sommaire s’est soldée par la découverte d’armes de guerre sur eux, des grenades offensives et défensives, des tenues et effets militaires, des passeports biométriques en cours de validité, des appareils de communication (téléphones et walkie-tolkie) ainsi qu’une importante somme d’argent en billets de 20.000 Fc pimpant neuf.

Alerté par des éléments de la permanence du parti, le Secrétaire général Augustin Kabuya s’est promptement déporté sur les lieux. Il n’en croyait pas ses yeux au vu de l’arsenal de guerre saisi sur les vrais faux fous, dont deux ont réussi à s’échapper pendant qu’ils étaient soumis à un interrogatoire.
L’opinion garde encore son souffle en attendant de connaître l’identité des commanditaires de la mission manquée du commando. S’agissait-il d’un échantillon de mercenaires ou tueurs à gages ? La question reste posée

Source : Le Phare



À LA UNE
Retour en haut