Société › Education

Kasaï-Central : l’UNICEF s’engage à soutenir les enfants victimes des violences

Enfants déplacés victimes des violences. Droits resevés.

Déclaration faite par la directrice régionale de cette agence onusienne, Marie-Pierre Poirie à la suite d’un échange avec le gouverneur intérimaire du Kasaï-Central, Justin Milonga.

L’UNICEF s’engage à soutenir les enfants du Kasaï-Central touchés par les violences liées au phénomène Kamuina Nsapu, a affirmé Marie-Pierre Poirie, directrice régionale de cette agence onusienne pour la région d’Afrique de l’ouest et centrale mardi 26 septembre à Kananga (Kasaï Central). Elle a fait cette déclaration à la suite d’un échange avec le gouverneur intérimaire du Kasaï-Central, Justin Milonga.

Marie-Pierre Poirier a indiqué que l’accent de l’intervention de l’UNICEF serait mis sur l’éducation et la santé pour voir ce qu’il faudrait apporter aux enfants sortis de la milice.

«Les violences ont eu un impact dévastateur sur les centres de santé. Pour les enfants, leurs droits sont les mêmes dans cette province comme partout ailleurs. Nous, nous pensons qu’avec la paix qui est revenue, la normalité doit reprendre son droit et revenir à l’école c’est essentiel », précise Marie-Pierre Poirier.

Elle indique que le soutien psychologique est indispensable pour les enfants qui sont sortis des milices :

« Pour les enfants qui ont été directement impliqués dans ces groupes armés, il faut leur donner un soutien psychologique. Ce qu’ils ont vécu c’est des choses abominables. Ils ont été témoins des choses que personne ne devrait voir. Encore moins l’enfant. Il va falloir les accompagner. L’école est un moyen de recentrer les esprits. Ce que nous souhaitons, c’est vraiment donner une seconde chance».



Bon plan
Publié le 12.02.2021

RDC : Que faire ce Weekend de la Saint Valentin ?

Ce 14 février, la société BRASIMBA offre des espaces et des bons plans.  Elle  vous proposer  de très belles  soirée en amoureux. En couple ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut