Société › Actualité

La « journée ville morte » des mouvements citoyens pas suivie à Kinshasa

Le collectif de 14 mouvements citoyens et quelques activistes congolais avaient appelé la population  le lundi  5 mars à observer une « journée ville morte » afin d’honorer la mémoire de Rossy Tshimanga, tué lors de la marche organisée par le CLC le 25 février 2018.

La « journée ville morte » appelée par les mouvements citoyens et les activistes congolais n’a pas été respectée ce vendredi 9 mars 2018 comme lancée dans quelques coins de la ville de Kinshasa.

Dans la localité de Mbudi, dans la commune de Mont-Ngafula, les activités ont démarré normalement. Les magasins et boutiques ont ouvert. Les écoles ont aussi  fonctionné à l’accoutumé.

C’est le même constat dans les communes de Kintambo et de la Gombe. Au niveau du rond-point Kintambo-Magasin, il y a engouement comme chaque jour. Les stations-service vendent normalement, plusieurs véhicules font la queue dans les embouteillages. Et sur le Boulevard du 30 juin, la circulation reste dense. Différentes entreprises et ambassades ont également ouvert leur porte.

Le collectif de 14 mouvements citoyens et quelques activistes congolais avaient appelé la population  le lundi  5 mars à observer une « journée ville morte » afin d’honorer la mémoire de Rossy Tshimanga Mukendi, tué par balle lors de la marche des chrétiens du dimanche 25 février à Kinshasa. Leur appel avait été soutenu par le Comité Laïcs de coordination (CLC) et la nouvelle société civile.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut