International › AFP

Journée des droits des femmes: des milliers de personnes manifestent en Asie

Des Philippines au Pakistan, des milliers de personnes ont manifesté dimanche en Asie à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, même si de nombreux rassemblements avaient été annulés du fait des craintes liées au coronavirus.

En Chine, épicentre d’une épidémie qui a fait plus de 3.500 morts sur la planète, la télévision publique avait choisi de souligner le travail des femmes en première ligne du combat contre la maladie du Covid-19.

Des marches ont eu lieu en Thaïlande, en Indonésie ou aux Philippines. Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées à Lahore, dans le nord-est du Pakistan.

« Donnez nous ce qui nous appartient! », scandait la foule, alors que la société pakistanaise est particulièrement conservatrice. « Nous voulons la liberté. »

En Inde, un marathon exclusivement féminin qui était prévu a été annulé. En Corée du Sud, pays qui compte le plus de cas de contaminations après la Chine, de nombreux événements ont également été annulés à cause de l’épidémie.

« Bien que nous ne puissions physiquement être ensemble, notre détermination à obtenir l’égalité entre les femmes et les hommes est plus forte que jamais », a déclaré dans une vidéo la ministre de l’Egalité Lee Jung-Ok.

De nombreuses organisations féministes avaient opté pour des actions en ligne plutôt que pour des rassemblements physiques, en se ralliant notamment derrière les hashtags #FemaleStrike, #PowerUp ou #38InternationalWomensDay pour tenter d’en sensibiliser davantage à la cause de l’égalité hommes-femmes.

A Bangkok, des manifestantes ont demandé une meilleure protection sur les lieux de travail pour lutter contre l’épidémie. Mais le nombre de personnes présentes était moins élevé que l’année précédente, et ce en raison de la peur du virus.

Des centaines de femmes et d’hommes se sont aussi rassemblés à Manille où ils ont même brûlé une effigie du président philippin Rodrigo Duterte, accusé de misogynie.

« La pauvreté et les violences dont les femmes sont victimes s’aggravent », a déclaré à l »AFP Joms Salvador, du mouvement féministe Gabriela.

« Nous avons beau avoir 37 lois relatives aux droits des femmes, la violence se généralise dans les faits, que ce soit sous la forme de violence conjugale, de harcèlement sexuel ou de viols. »

A Jakarta, environ 600 personnes, certaines maquillées aux couleurs de l’arc-en-ciel, ont demandé au gouvernement l’abrogation de loi critiquées comme discriminatoires et l’adoption de lois contre les violences sexuelles et pour la protection des domestiques.

burs-rbu/amj/jac/lch



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut