› Politique

Jason Stearns et le GEC interpellent le gouvernement et la CPI

Kasaï centrale

Le Groupe d’étude sur le Congo (GEC) demande au gouvernement congolais de mener des poursuites militaires au sujet des exactions commises par les membres de la police et de l’armée dans les Kasaï.

Dans son rapport publié ce mardi 17 juillet 2018, le GEC cite notamment une correspondance humanitaire des Nations Unies datant de janvier 2017 qui avait recensé dans cette région du Kasaï plus de 600 morts, des dizaines de centres de santé et d’écoles incendiés, et plus de 1 300 maisons détruites. Cette note avait conclu que «la majorité de ces abus auraient été commis par les forces armées […]. La police a également été violente dans le contexte de perquisitions de logements soupçonnés d’abriter des membres de la milice. […] La population est dans un état de choc généralisé et semble avoir perdu toute confiance dans les forces armées et l’État». Ce projet de recherche basé au Centre de coopération internationale de l’Université de New York recommande aux autorités congolaises de se baser sur des preuves fournies par l’équipe d’experts internationaux du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies. Si les autorités congolaises ne poursuivent pas de bonne foi les responsables des violences, le GEC demande à la Cour Pénale Internationale CPI d’ouvrir une enquête. Il recommande aussi à la MONUSCO de maintenir une présence dans les Kasaï, afin de surveiller l’évolution de la situation et «de se prémunir contre de futurs conflits violents».

D’après le document du Groupe d’étude sur le Congo piloté par Jason Stearns, certains des pires massacres de la part des agents de l’Etat ont eu lieu dans la commune de Nganza à Kananga entre le 27 et le 29 mars 2017, « lorsque des unités spéciales des FARDC venant de l’extérieur ont probablement tué des centaines de personnes de manière relativement indiscriminée pour tenter d’en extirper les sympathisants des Kamuina Nsapu». Selon deux sources distinctes, ajoute le GEC, ainsi qu’un rapport de l’Union européenne, «un chef de la milice Bakata Katanga de l’ancienne province du Katanga, Gédéon Kyungu, a également été impliqué dans cet épisode de violence. En mai 2017, il a été sanctionné par l’Union européenne pour cette implication». Ce rapport s’appuie sur 53 entretiens tenus entre novembre 2017 et mai 2018 à Kananga, Tshikapa et Kinshasa.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut