Politique › Actualité

Investiture de Tshisekedi : « une invitation n’est pas une convocation » (F. Ambongo)

Fridolin Ambongo et Martin Fayule

L’archevêque de Kinshasa et vice-président de la CENCO, a, au cours d’une interview accordée à France 24, déclaré que les évêques ne pourraient peut-être pas prendre part à la cérémonie d’investiture de Félix Tshisekedi.

« La Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO), se réserve la possibilité de ne pas assister à l’investiture du nouveau président. Une invitation ce n’est pas une convocation. Ce serait comme nous renier nous-même », a déclaré Fridolin Ambongo l’archevêque de Kinshasa.

Le successeur du cardinal Laurent Mosengwo dit craindre que malgré la venue à la tête du pays du président de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), que le système ne change pas.

« Je crains fortement que le même système va continuer avec le nouveau président. L’unique message, qu’il n’oublie pas d’où il vient. Il vient du peuple, le peuple souffre, qu’il n’oublie pas le combat du peuple », conclut Fridolin Ambongo, archevêque de Kinshasa.

Rappelons tout de même que, la CENCO avait déclaré que les résultats provisoires publiés par la CENI consacrant la victoire de Félix Tshisekedi à présidentielle, n’étaient pas conformes aux données qu’elle a collectées à travers différents bureaux de vote et de dépouillement.

Malgré cela, les juges de la Cour Constitutionnelle ont validé définitivement Félix Tshisekedi  président de la République avec 38,57% devant l’autre opposant congolais Martin Fayulu.

À LA UNE
Retour en haut