International › APA

Installation d’une Cellule genre au sein de la presse ivoirienne

L’inspecteur technique du ministère ivoirien de la Femme, de la famille et de l’enfant, Mme Cissoko Haliath, a procédé mardi à l’installation d’une Cellule genre au sein de la presse, à l’issue d’un atelier de formation de deux jours sur le concept genre, à Abidjan.

Mme Cissoko Haliath, qui représentait la ministre de la Femme, de la famille et de l’enfant, Mme Nassénéba Touré, a baptisé les membres de cette Cellule genre de l’Association des femmes journalistes de Côte d’Ivoire (AFJCI), une entité regroupant près de 250 femmes journalistes.       

L’événement s’est tenu dans les locaux de la Maison de la presse, à Abidjan. Mais, peu avant la mise en place de la Cellule genre, la directrice du Genre et de l’équité du ministère de la Femme, Mme Florence Tano, a installé un Comité de pilotage.    

Le Comité de pilotage comprend M. Germain N’Dri, Hermance N’Tah et Laurent Okoué. La Cellule genre, elle, est composée d’un secrétaire technique, Marylise Aimée Konan, présidente de l’Association des femmes journalistes de Côte d’Ivoire (AFJCI), un secrétaire technique adjoint, Jean Claude Coulibaly, le président de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (Unjci).  

La cellule comprend en outre M. Lassina Sermé, responsable chargé des études, du suivi et de l’évaluation, M. Moussa Bakayoko, chargé du budget et de la mobilisation des ressources, Mme Anne Marie N’Guessan, chargée des partenariats, Mme Oumou Barry, responsable projets et M. André Silver Konan, responsable chargé des alertes réseaux sociaux.  

L’atelier de formation, tenu les 13 et 14 septembre 2021, a eu pour thème « Le journalisme au prisme du genre: enjeux et perspectives ». Selon Mme Florence Tanoh qui a animé cette session, il s’agissait d’outiller les journalistes afin de profiler leurs écrits en vue d’un changement de mentalité.

Le concept genre, expliquera-t-elle, a pour but de permettre « une égalité de chance, des opportunités et non une égalité de sexe », dans une société, où la masculinité semble dominer tous les secteurs. Toute chose qui devrait d’ailleurs permettre d’atteindre l’équité et la justice.     

M. Laurent Okoué, représentant M. Jean Claude Coulibaly, le président de l’UNJCI, la faîtière de la presse en Côte d’Ivoire, a traduit les remerciements de l’organisation pour cette initiative, ajoutant que l’Union se tient aux côtés du ministère de la Femme pour d’autres challenges et défis.

La présidente de l’Association des femmes journalistes de Côte d’Ivoire (AFJCI), Marylise Aimée Konan, s’est pour sa part félicitée de cette instance qui permet aux journalistes d’être imprégnés du concept genre, une notion à polémique, pour mieux expliquer ses enjeux aux populations.

Au cours de la formation, Mme Tanoh a fait observer que le concept genre « doit être associé aux rôles sociaux que nous jouons», car il prend en compte les besoins sexospécifiques, tant chez la femme que chez l’homme. Et ce, « de façon égalitaire ».      

Ce concept scientifique est apparu en 1955 chez les sexologues et les psychologues. En 1970, les sociologues s’y intéressent et relèvent que l’égalité de chance recherchée est délicate, car les femmes sont ancrées dans des rôles domestiques, alors que les hommes dominent l’aspect décisionnel.      



Bon plan
Publié le 12.02.2021

RDC : Que faire ce Weekend de la Saint Valentin ?

Ce 14 février, la société BRASIMBA offre des espaces et des bons plans.  Elle  vous proposer  de très belles  soirée en amoureux. En couple ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut