International › APA

Infrastructures, justice et grogne sociale au menu des journaux burkinabè

Les quotidiens burkinabè de ce mercredi évoquent divers sujets dont ceux liés à la justice, à la grogne chez les transporteurs routiers, le lancement, la veille, des travaux d’infrastructures routières à Ouagadougou.«Voiries urbaines à Ouagadougou: Des travaux de bitumage lancés», affiche le quotidien national Sidwaya qui informe que le ministère des Infrastructures a lancé les travaux de réhabilitation et de bitumage des voiries urbaines dans la ville de Ouagadougou, le mardi 14 janvier 2020. 

Et de préciser qu’«il s’agit des voies d’accès à la Présidence du Faso, la rue Bassi à Gounghin et les rues 13.18 et 13.56 à Zogona».

A ce sujet, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso, titre : «Aménagement voiries urbaines: 5 km feront peau neuve dans six mois».

Ce journal revient sur dédommagement des victimes du putsch manqué, reprenant en première page, les propos de Me Guy Hervé Kam, avocat de l’Etat burkinabè qui dit : «L’exécution de cette décision (de dédommagement) peut même prendre 5 ans». 

Dans le volet justice, Le Pays (privé) aborde le procès «charbon fin», soulignant que les avocats de la société minière Essakane demandent «une expertise complémentaire».

Aujourd’hui au Faso ne dit pas autre chose lorsqu’il mentionne, en première page que «les conseils d’Essakane demandent une contre-expertise».

data-ad-client="ca-pub-9760088965124508" data-ad-slot="2140806877">

Le même journal parle de la «nouvelle montée d’adrénaline dans le secteur des transports burkinabè». 

En effet, Aujourd’hui au Faso relate qu’une semaine après l’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB) dont  l’arrêt de travail de 72 heures n’avait pas véritablement impacter sur les activités, c’est au tour des transporteurs routiers d’entrer dans la danse. 

A ce propos, Sidwaya titre: «Secteur du Transport: Une grève illimité si…», là où Le Pays mentionne: «Des organisations haussent le ton contre le gouvernement».



À LA UNE
Retour en haut