International › APA

Ibn Bayyah, un fer de lance de la lutte contre l’extrémisme religieux

Cheikh Abdallah Ibn Bayyah, souvent opposé au célèbre théologien égyptien Youssef al-Qaradawi, fait figure de personnage clé de la lutte contre l’extrémisme religieux dans le monde musulman.La comparaison avec al-Qaradawi, l’ancien président de l’Union Internationale des Savants Musulmans (UISM) en dit long sur la notoriété d’Ibn Bayyah. Ce Mauritanien, âgé de 85 ans, a occupé la fonction de vice-président de l’UISM.

Mais, à cause de ses divergences fondamentales avec al-Qaradawi sur l’opportunité du djihad, le cheikh (homme respecté pour son âge et surtout ses connaissances), a fini par démissionner de son poste. C’est à cette époque qu’il a entamé son combat intellectuel contre l’extrémisme religieux.

Sans le vouloir, il est devenu un précieux allié des Occidentaux, cibles toutes désignées des extrémistes. D’ailleurs, Ibn Bayyah a été reçu par nombre de dirigeants des plus grandes nations.

Il est issu d’une famille soufie implantée dans l’est de la République islamique de Mauritanie. Naturellement, durant son enfance, les études du Coran et des Sciences islamiques constituent le pilier de son éducation de base.

Ce savant, grâce à son immense savoir dans le domaine religieux, force le respect au-delà des frontières de son pays. Conjuguant le spirituel et le temporel, Cheikh Abdallah Ibn Bayyah a intégré le gouvernement de Moctar Ould Daddah, le tout premier président de la Mauritanie.

En 1978, un coup d’Etat l’a obligé à s’exiler en Arabie Saoudite. Dans ce berceau de l’Islam, il a élargi sa palette de compétences avant d’embrasser le métier d’enseignant. Cheikh Abdallah Ibn Bayyah est actuellement à la tête du Forum pour la promotion de la paix dans les sociétés musulmanes, basé en Arabie Saoudite.

Egalement président du Conseil des Emirats Arabes Unis pour la fatwa, l’érudit mauritanien a reçu de nombreux prix et médailles internationaux. L’Université Georgetown (Etats-Unis) le cite parmi les 50 personnalités musulmanes les plus influentes dans le monde pour la période 2009-2016.

Ibn Bayyah est « une école de morale, de tolérance, de modestie et d’humilité », a souligné Abdellahi Ould Mohamedouna, un collaborateur du cheikh dans la coordination des activités de prêche et de promotion des valeurs de paix dans le monde.

Rencontré à Nouakchott, il a soutenu que son modèle ne cesse de réaffirmer que « la sincérité, la droiture, le bon comportement, le respect des valeurs et la lutte contre la fraude et l’imposture représentent ensemble la bonne morale ».

En Mauritanie, son pays natal, le religieux y organise annuellement un forum international dont la majorité des participants provient de l’Afrique subsaharienne. L’édition de cette année, tenue il y a quelques jours à Nouakchott, a été marquée par un fort plaidoyer pour la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme religieux, deux fléaux qui se répandent dans la zone sahélo-saharienne.

Les intervenants à ce forum ont été unanimes quant au rôle d’Ibn Bayyah dans la diffusion du discours de paix et de concorde entre tous les êtres humains, quelle que soit leur religion, leur couleur, leur langue etc.

De l’avis de l’un d’eux, le théologien mauritanien Derdiri, son compatriote est « un rénovateur porteur du flambeau de la paix ». En plus, il a fait savoir que Cheikh Abdallah Ibn Bayyah « consacre toute sa force au salut de l’humanité afin qu’elle vive en paix et en sécurité ».



À LA UNE
Retour en haut