Société › Actualité

Goma : la marche pacifique de la Lucha et Filimbi dispersée par la police

Marche pacifique de Lucha et Filimbo

Journée internationale de la paix, la marche pacifique des jeunes LUCHA et Filimbi  de ce vendredi 21 septembre 2018  a été dispersée  à cout de gaz lacrymogène par la police congolaise.

Dans la matinée, les manifestants ont pris d’assaut la rue qui mène vers le cabinet du gouverneur de la province du Nord-Kivu pour déposer un mémorandum dans lequel ils exigeaient  la paix, la fin de la guerre dans le pays et l’organisation des élections crédible sans  machine à voter.

« Les élections libres, transparentes et inclusive sont la plus grande condition pour bâtir une paix véritable et durable en RDC. Le gouvernement congolais et la CENI doivent tout mettre en œuvre pour les organiser si non quitté le pouvoir et laisser le peuple s’organiser pour bâtir sa vraie paix » a indiqué Ghislain Muhima militant de la Lucha.

Pendant que les jeunes militants lisaient leur mémorandum devant le bureau du gouverneur de la province, les éléments de la PNC ont procédés a disperser les manifestants a cout de gaz lacrymogène avant de se prendre aux journalistes qui couvraient la scène.

« Nous exigeons l’abandon pur et simple des machines à voter et le recours au vote traditionnels par papier conformément à la loi électorale, fiabiliser le fichier électoral en mettant en œuvre toutes les recommandations formulées dans le rapport d’audit  de L’OIF  y compris en extirpant tous les enrôlés présumés fictifs, libérer l’espace civique et politique en levant formellement l’interdiction illégale de manifester  les restrictions de mouvement, ainsi que libérer tous les prisonniers politiques et d’opinion dont les 5 militants du mouvement citoyen Filimbi et d’autres qui croupissent en prison injustement pour ne citer que cela » a préciser dans un memo lu Ghislain Muhiwa militant de la lucha.

Ainsi, les jeunes militants déplorent l’insécurité qui est devenue récurrente dans plusieurs provinces de la RDC, notamment le grand Kasaï, le nord et Sud-Kivu. Selon eux les kidnappings, meurtres et des bataillent entre les FARDC et certains groupes armés est devenue très récurrente dont la population congolaise est la plus victime.

Rappelons tout de même que, cette marche à  voter  a été organisée à l’occasion de la commémoration de la journée internationale de la paix célébrée le 21 septembre de chaque année ; ou ces mouvements voulaient préciser qu’ils ne peuvent pas célébrées eux la paix mais la revendiquer en exigent des bonnes élections.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut