International › APA

Ghana : libération sous caution refusée aux présumés putschistes

Le tribunal de grande instance du Ghana a refusé, lundi, la libération sous caution de Benjamin Agordzo, commissaire de police adjoint, qui doit être jugé pour son implication dans le complot présumé visant à déstabiliser le pays.Selon le tribunal, sa demande est prématurée en raison du fait que les enquêtes sont toujours en cours.

Le juge, George Buadi a déclaré que la position d’officier supérieur de police du requérant pourrait influencer les enquêtes en cours.

Cette décision fait suite à une requête déposée par des avocats du commissaire de police adjoint Agordzo, sous la direction de Martin Kpebu, qui a fait valoir que leur client pouvait bénéficier d’une libération sous caution en attendant le procès, conformément à la loi.

Agordzo est accusé d’implication et de contribution présumée au groupe « Take Action Ghana » qui, selon le gouvernement, a monté un complot détaillé pour déstabiliser le pays.

Sept autres personnes, dont le Dr. Frederick Yao Mac-Palm, directeur général du Citadel Hospital d’Alajo, sont en détention dans le cadre de la même affaire.

Le rapport de Citi FM, publié lundi, indique que le tribunal a rejeté la semaine dernière une autre demande de libération sous caution présentée par les sept accusés qui font face à un procès pour complot présumé visant à renverser le gouvernement.

style="display:inline-block;width:336px;height:280px" data-ad-client="ca-pub-9760088965124508" data-ad-slot="2140806877">


À LA UNE
Retour en haut