› Politique

La France se préoccupe de la sécurité des populations à l’approche des élections

Déplacés du Kasaï

Dans son discours devant le conseil de sécurité de l’ONU, Anne Gueguen, représentante permanente adjointe de la France auprès de l’ONU, affirme que la France s’inquiète de la dégradation de la situation humanitaire en RDC.

Des foyers de tension observés dans certaines parties du pays pourraient faire obstacle au processus électoral en cours, estime, la France par le biais de sa représentante permanente adjointe à l’ONU. “Notamment au Nord et au Sud Kivu, [la situation sécuritaire et humanitaire] demeure extrêmement inquiétante, et elle est d’autant plus fragile depuis la nouvelle épidémie d’Ebola déclarée le 1er août dans le territoire de Beni”, s’alarme Anne Gueguen. Il évoque également la stabilité précaire qui règne dans l’espace Kasaï après les affrontements entre les forces de l’ordre et la milice de Kamuina Nsapu. «Les tensions dans les Kasaï ont fait de nombreuses victimes, alors que les experts commissionnés par le Conseil des Droits de l’Homme ont rapporté des allégations de crimes de guerres et de crimes contre l’humanité », ajoute-elle. Ces violences au Kasaï ont été à la base des nombreuses victimes. La France appelle, à ce sujet, la Monusco à renforcer les dispositifs de sécurité dans des territoires en conflit afin d’assurer la tenue des élections dans un climat pacifique.

Appelle à la participation massive des femmes

La représentante permanente adjointe de la France auprès des Nations unies, Anne Gueguen, a exprimé ses préoccupations quant à une présence réduite de femmes dans le processus électoral en cours. C’est lors de son intervention au conseil de droit de l’homme, qui a eu lieu le lundi 27 août 2018, qu’Anne Gueguen a demandé aux autorités congolaises d’assurer la participation des femmes au processus politique en général. «La France encourage également les autorités congolaises à assurer la participation des femmes au processus politique, dont celles-ci demeurent encore trop souvent exclues comme les chiffres indiqués par Mme Zerrougui le soulignent« , a-t-elle déclaré. Marie-José Ikofu, l’unique femme, qui s’est présentée pour la prochaine présidentielle a vu sa candidature être rejetée par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) après publication des listes provisoires des candidats retenus.

 

 

Video

Vos paris sportifs
Zapping CAN 2019
À LA UNE
Retour en haut