› Elections 2018

Exclusions des opposants : Kabund voit un complot monté par le parti au pouvoir

Jean Marc Kabund, secrétaire General de l’UDPS

Jean-Marc Kabund, secrétaire général de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), a affirmé ce vendredi 7 septembre 2018 que l’exclusion des opposants  pour la présidentielle est la conséquence de l’organisation des élections avec Joseph Kabila à la tête du pays au-delà de son mandat.

“L’exclusion de ces leaders (Bemba, Katumbi et Muzito) c’est la conséquence des élections avec Kabila”, a déclaré le SG de l’UDPS, qualifiant de “drame” les élections à venir. Kabund est l’un des opposants qui ont soutenu à plusieurs reprises une “transition sans Kabila” en vue d’organiser de “bonnes élections”. “Kabila présente un grand danger pour la démocratie dans notre pays, il présente un grand danger pour l’issue de notre processus électoral (..) de bonnes élections ne peuvent venir que si Kabila est mis à l’écart”, a-t-il ajouté.

Les candidatures de Bemba et Muzito ont été invalidées lundi dernier par la Cour constitutionnelle après que la CENI les a déclarées irrecevables, tandis que Katumbi lui, a été “empêché” de retourner au pays en vue de déposer son dossier de candidature à la Commission électorale nationale indépendante. Le numéro 2 de l’UDPS estime que l’opposition est en train de subir les conséquences de sa “passivité” vis-à-vis du pouvoir. “La solution se trouve dans des grandes réactions musclées de la part de l’opposition, aussi longtemps que nous serons là en train de subir le coup de Kabila, nous serons là en train de discuter sur les futilités. Nous regretterons combien des fois? Il faut que l’opposition se mette debout. Aujourd’hui l’opposition paie son absence de pro activité, on agit désormais en aval et on perd”, a-t-il regretté. Quatre candidats de l’opposition restent désormais en lice pour la présidentielle. Il s’agit de Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Martin Fayulu et Freddy Matungulu, autour desquels la “candidature commune” de l’opposition devrait se jouer.

 

La candidature commune de l’Opposition  


Jean Marc Kabund préconise que tous les leaders de l’opposition même ceux qui sont invalidés par la Cour constitutionnelle de la présidentielle puissent participer aux discussions sur la candidature commune. « Si l’opposition est responsable, elle ne peut pas s’empêcher d’avoir un candidat commun. Ceux qui sont exclus sont des leaders, ils ont des masses derrières eux. Ils doivent prendre part, ils n’ont rien perdu de leurs leaderships et de leurs capacités de mobiliser », a-t-il dit ce vendredi 7 septembre. En août, Katumbi, premier exclu de la course avait affirmé que l’opposition est “responsable” pour parvenir  à une candidature commune. “Nous sommes une opposition très responsable. Aujourd’hui il y a eu des gens qui ont postulé, moi, on me l’a interdit. J’ai fait un recours au Conseil d’Etat, donc j’attends le résultat. Nous allons nous mettre ensemble autour d’une même table pour dire parlons du candidat de l’opposition”, avait-il dit.

“Celui qui ne va pas aller dans ce schéma-là, c’est quelqu’un qui n’aime pas le peuple et sera voué à l’échec”, avait prévenu Katumbi. Mais au-delà de la bataille sur la candidature commune, Kabund estime que l’opposition devrait poursuivre le combat pour obtenir la crédibilité des élections avec le retrait de la machine à voter et la fiabilisation du fichier électoral. « La candidature commune maximise les chances à gagner les élections mais l’opposition devrait mener un double combat: la candidature commune et le combat pour la crédibilité du processus électoral. Parce que sans des élections transparentes, crédibles et inclusives même avec un candidat commun l’opposition va perdre. Mais nous avons un processus crédible non vicieux comme c’est l’état actuel, le candidat du FCC sera très loin du candidat de l’opposition », a-t-il martelé. Le jeudi 6 septembre dernier, le secrétaire général de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), Jean Baudouin Mayo, “regrettant” l’exclusion de Jean-Pierre Bemba, Adolphe Muzito et Moïse Katumbi de la course présidentielle, avait déclaré que la question de la candidature commune devrait se jouer autour de quatre candidats de l’opposition



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut