Politique › Sécurité

Des ex-miliciens souhaitent constituer une “unité spéciale”

Droits reservés

Au Nord-Kivu, le gouvernement sensibilise les groupes armés à la reddition. Cette opération se déroule principalement dans les territoires de Beni et de Lubero. Les rendus sont regroupés dans un centre à Matembe dans la ville de Butembo en attendant leur transfert à Mubambiro, une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Goma.

Les candidats à la reddition ont remis un mémorandum au gouvernement pour solliciter une formation militaire à l’issue de laquelle ils constitueront une « unité spéciale » d’anciens miliciens pour combattre les « ennemis » du pays en l’occurrence les ADF et les FDLR.

« [Ndlr : mise en place d’une unité spéciale d’anciens miliciens] C’est ce qui était contenu dans le mémo des miliciens Mazembe lors de la remise symbolique de leurs armes. Ils ont remis le mémo au ministre Yereyere qui représente le gouvernement dans cette opération et le ministre est allé remettre ça à la hiérarchie. C’est en fonction de tout ça qu’on les a envoyés à Mubambiro afin de subir une formation accélérée. Ces miliciens viennent principalement d’Oicha dans le territoire de Beni. Leur grande revendication c’est d’intégrer l’armée loyale pour combattre les ennemis de la RDC qui sont les ADF et les FDLR qui endeuillent le pays », a dit Faustin Ndekesiri, coordonnateur du centre de regroupement de Matembe.

Au moins 85 miliciens ont été transférés la semaine dernière de Butembo au centre de regroupement de Mubambiro pour attendre la formation militaire.

« Nous avons déjà reçu plus de 300 anciens membres des groupes armés qui sont actuellement à Mubambiro qui est juste un centre de regroupement. La formation proprement dite devra se passer dans un des centres dans le pays. Nous continuons d’attendre d’autres rendus mais en attendant, la traque lancée par l’opération Sokola 2 se poursuit », a dit le Major Guillaume Ndjike Kaiko, porte-parole de la 34ème région militaire.

Ce n’est pas la première fois que le gouvernement regroupe les membres des groupes armés pour une intégration dans l’armée. Souvent pour manque d’encadrement approprié, les démobilisés regagnent la brousse.

« Plusieurs avaient déjà été démobilisés à Kitona et Kamina mais en revenant au Kivu quand ils ont vu qu’il y avait des massacres, ils sont rentrés en brousse », a expliqué Faustin Ndekesiri, coordonnateur du centre de regroupement de Matembe à Butembo.

En mars 2017, plus de mille démobilisés avaient quitté les centres de formation de Kitona (Kongo-Central) et de Kotakoli (Equateur) et regagné le territoire de Rutshuru (Nord-Kivu). Faute de réinsertion, plusieurs d’entre eux avaient rejoint les groupes armés dont le M23.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut