Politique › Institutions

Élections-sénatoriales : « la corruption ne s’est pas passée à l’hémicycle et ça n’engage pas la CENI » ( N. Basengezi)

https://www.journaldekinshasa.com/wp-content/uploads/2019/03/BASENGEZI-26.jpg
Norbert Basengezi

Le numéro 2 de la CENI Norbert Basengezi, a décliné la responsabilité de ladite institution, dans les allégations de corruption qui ont émaillé les sénatoriales du 15 mars dernier.

Pour le vice-président de  la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), s’il y a eu corruption, cela ne s’est pas faite dans les sites électoraux.

« La corruption a été dénoncée par 4 ou 5 candidats. Aucune d’elle ne s’est tenue dans l’hémicycle. La loi dit que la campagne se tient à l’assemblée provinciale. Les mesures par la CENI pour garder le secret de vote voulaient qu’on y entre avec aucun stylo pas même un téléphone pour garder le secret des urnes. S’il y a eu donc corruption, ce n’est pas pendant le vote, ça doit être au-delà du bureau de l’assemblée provinciale. Et ça, ça n’engage pas la CENI », a déclaré  Norbert Basengezi vice-président de la CENI.

Pour rappel, l’installation des sénateurs nouvellement élus a été suspendue pour corruption dénoncée par les militants du parti présidentielle.

À LA UNE
Retour en haut