› Personnalités

Elections : la CENI a accepté la candidature d’un condamné à la prison à vie

Frédéric Batumike, candidat aux élections provinciales.

La Commission électorale nationale indépendante a retenu la candidature de Frédéric Batumike pour la circonscription de Kabare (Sud-Kivu), pourtant condamné à la prison à vie en décembre 2017

Le candidat Frédéric Batumike numéro 60 sur la liste de la CENI avait été condamné pour “crime contre l’humanité par viol” sur mineures âgées de 1 à 9 ans, assassinats et entretien d’une milice dénommée “Jeshi la yesu” (armée de Jésus). Membre du  partie du regroupement politique CCU et Alliés de Lambert Mende du ministre de la communication et des médias. La Nouvelle dynamique de la société civile (NDSC) au Sud-Kivu se dit désagréablement surprise par cet acte et parle d’une “légèreté” dans le chef de la CENI.

Pour la NDSCI,  le fait de retenir sur les listes électorales un criminel de si grand chemin comme Batumike Rugimbanya, auteur et responsable de plusieurs meurtres dont celui du défenseur des droits de l’homme et un des animateurs de la NDSCI, Evariste Kasali, de l’allemand Walter Muller, de M. Kakonyi  et de tant d’autres victimes de sa barbarie sanguinaire y compris de très nombreuses filles de 1 à 9 ans qui ont toutes perdu leur féminité à la suite de la mutilation violente de leurs organes génitaux pour des fins fétichistes, confirme la légèreté et la sélectivité qui caractérisent aujourd’hui cette institution (CENI) censée pourtant être indépendante.  « Maintenir des criminels et écarter certains citoyens sur base des considérations et injonctions politiques vient d’enlever le peu de confiance et crédibilité qui restait à la CENI qui, aujourd’hui, confirme son inféodation à un camp politique, à savoir la Majorité Présidentielle », dévoile  l’organisation dans un communiqué ce mardi.

 

À LA UNE
Retour en haut