Politique › Actualité

Elections 2018 : le FCC accuse l’opposition d’entrave au processus électoral

Les cadres du Front commun pour le Congo

Dans une conférence de presse tenue le 21 octobre dernier à Kinshasa, le FCC, attend que l’UE et d’autres pays, sanctionnent aussi l’opposition pour « entrave » au processus électoral en cherchant une transition

La majorité présidentielle a dénoncé dimanche 21 octobre dernier au cours de sa conférence de presse, le caractère sélectif des sanctions de l’UE et d’autres pays, infligées à certaines autorités du pays, à l’instar Ramazani Shadary leur candidat à la présidentielle du 23 décembre prochain.

Pour Néhémie Mwilanya directeur de cabinet du chef de l’État, ces sanctions sont injustifiées d’autant plus qu’à ce jour, c’est le Front Commun pour le Congo (FCC), qui ne cesse de manifester sa détermination à aller aux élections.

« Vous savez qu’à un certain moment on a avancé l’argument d’entrave au processus électoral. Donc, tout ce qui pouvait se mettre en travers le processus électoral, on devait les sanctionner. Or, quels sont les termes des débats aujourd’hui, c’est le FCC qui dit qu’il ira aux élections le 23 décembre 2018. Et de l’autre côté, qu’est-ce qu’on dit? C’est à peine qu’on dit pas qu’on ne veut plus de ce processus, et qu’on veut d’autres choses, la transition », a déclaré le directeur du cabinet de chef de l’État.

Le directeur du cabinet de chef de l’État affirme en outre, que les sanctions de l’UE étaient vers orientées vers un seul camp.

« Alors, nous attendons les sanctions de l’Union européenne et des autres pays, contre ceux qui veulent entraver le processus électoral. Nous sommes là, nous attendons que ces sanctions arrivent. C’est juste pour vous dire que ce qui est clair est que ces sanctions étaient orientées. Et malheureusement, ce n’est pas du côté où, ils attendaient ces entraves où se trouvent celles-ci aujourd’hui », a-t-il renchéri.

Par ailleurs, le FCC invite l’UE et d’autres pays, à prendre leur courage en main pour dire qu’ils se sont bien trompés, de telle sorte qu’ils rectifient le tir.

Pour rappel, la communauté internationale a, en 2016 et 2017, gelé les avoirs et privé de visas, plusieurs autorités politiques  de la RDC pour entrave au processus électoral et violation des droits humains.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut