› Santé

Ebola: l’OMS demande à avoir un accès sécurisé aux malades

Une épidémie différentes des précédentes

L’épidémie d’Ebola, sévit dans une zone très peuplée et en proie à la violence. L’Organisation Mondiale de la Santé s’inquiète pour la sécurité des humanitaires et de la population.

Le Nord-Kivu qui  est la région qui constitue l’épicentre de l’épidémie est connue pour être une zone de guerre en RDC. Dans un communiqué, l’OMS demande à avoir un accès sécurisé pour atteindre les malades. Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, s’est rendu samedi à Mangina, épicentre de cette nouvelle épidémie qui touche une zone à « haute insécurité ». « Tous ceux qui participent à la riposte doivent pouvoir se déplacer librement et en toute sécurité dans les zones de conflit pour effectuer le travail nécessaire pour maîtriser l’épidémie », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus après sa visite de deux jours dans le pays. Sans un accès libre et sécurisé, l’OMS estime qu’elle ne peut pas combattre correctement l’épidémie. Pour L’OMS, les conflits actifs dans la région du Nord-Kivu dans l’est de la RDC constituent un obstacle majeur. Les déplacements des humanitaires ne se font que sous

En lançant cet appel, l’organisation entend d’abord informer l’opinion pour qu’elle soit consciente des difficultés que rencontrent les humanitaires sur le terrain. Mais l’OMS espère surtout que son appel sera entendu par les groupes armés pour éviter qu’ils entravent le travail du personnel. Selon l’organisation, pour être efficaces, les équipes sur le terrain devraient visiter les personnes en contact avec les malades au moins deux fois par jour pendant trois semaines. Une tâche, qui selon L’OMS est difficile à accomplir tant que la sécurité n’est pas garantie. De plus, l’organisation craint que cette insécurité  décourage les populations de fréquenter les centres de traitement pour se faire soigner.

Un nouveau décès parmi les cas confirmés de la maladie à virus Ebola a été enregistré dans la province du Nord-Kivu, portant à onze le nombre de morts parmi ces cas, a indiqué samedi le ministère de la Santé de la RD Congo. Ce nouveau décès a été enregistré à Beni, alors que quatre nouveaux cas confirmés ont été découverts à Mabalako, dans la province du Nord-Kivu, d’après ce nouveau bilan du ministère. Au total, 38 décès (parmi les cas confirmés et probables) ont déjà été enregistrés.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut