› Santé

Ebola : Le député Mbindule dément être un « contact à risque »

Crispin Mbindule

Le député national Crispin Mbindule dément le communiqué du ministère de la Santé, publié le 29 septembre 2018 qui le présentait comme un « contact à risque » pour avoir été en contact avec les malades d’Ebola, à Butembo.

« J’ai été surpris par ce communiqué du ministère de la Santé, et je dis que c’est faux. La coordination de la riposte contre Ebola est venue solliciter mon aide pour sensibiliser et j’ai adhéré à la demande. Plus tard, ils sont revenus chez moi en disant qu’il y a une famille venue de Beni, qui avait perdu son fils, et qui est installée à Butembo, au quartier Wayeme. Arrivé sur place avec l’équipe de la riposte, il y a eu résistance de la population, mais on a négocié puis ils ont accepté que les agents de la riposte entrent en contact avec la famille. Après on nous a rapporté que parmi ceux qui gardaient la personne décédée d’Ebola à Beni, il y a une qui ne serait pas là sur place mais plutôt à Katwa. On nous a donné l’adresse, on a appelé les gens d’Ebola, ils sont venus et ont parlé avec une dame qui avait Ebola. Ils l’ont mise dans l’ambulance et la population s’est révoltée…et comme mon véhicule était à côté, ils ont pris la malade et l’ont placé dans mon véhicule. Moi, je n’avais pas contacté la malade, j’étais presque à six mètres de la parcelle, puis après les gens de la riposte m’ont dit qu’ils ont désaffecté mon véhicule. Mais, depuis, je ne l’ai plus utilisé. Nous nous sommes étonnés de cette position du ministère », a expliqué le député ce lundi 1 octobre.

« Qu’est-ce qui est derrière cette déclaration d’un ministre ? Je comprends bien parce que dans le cadre de contrôle parlementaire je suis très actif, et peut-être c’est le règlement de comptes qu’il veut me faire tout simplement », a dit Mbindule. Cette dixième épidémie déclarée au pays a déjà fait 104 morts à Beni, Mangina, Butembo (Nord-Kivu) ainsi qu’à Mandima et Tchomia (Ituri). 159 cas de fièvre hémorragique ont été signalés dans la région, dont 127 confirmés et 32 probables. Ces chiffres pourraient augmenter car 13 cas suspects sont en cours d’investigation, affirment les autorités sanitaires.

À LA UNE
Retour en haut