› Santé

Ebola : arrêt provisoire des activités de terrain à Beni

Image d'illustration

Toutes les activités de terrain y compris la vaccination contre la maladie à virus Ebola, le suivi de contacts et la sensibilisation ont été suspendus ce dimanche 23 septembre après l’attaque samedi de la ville de Beni.

« De nombreux habitants de la ville de Beni étaient descendus dans la rue ce dimanche afin de manifester contre l’insécurité grandissante dans la zone. Les activités de terrain de la riposte reprendront dès que le calme sera revenu dans la ville », indique le ministère de la santé  dans un communiqué. Le climat était tendu ce dimanche 23 septembre à Beni après la mort de 18 personnes dont 14 civils et 4 militaires lors d’affrontements entre soldats et rebelles ADF dans l’Est de la ville. Les rebelles ont attaqué la ville à parti de 18h. Tout au long de violents combats l’armée était à la défensive. Plusieurs artères principales de la ville étaient momentanément barricadées par les manifestants avant d’être dispersés par les forces de l’ordre. La société civile a appelé la population à observer ce lundi 24 septembre  une journée de deuil « sans activités » sur l’ensemble de la ville de Beni pour pleurer les victimes et protester contre l’insécurité.

La mise en garde

Maladie fortement contagieuse et mortelle, Ebola sévit depuis le 1er août 2018  dans les territoires de Beni , Lubero ( Nord-Kivu) et une partie de la province de l’Ituri. Dans cette région, les équipes sanitaires font face  à la résistance et la réticence des populations. Une personne atteinte d’Ebola s’est évadé d’un hôpital en ville de Beni avant son transfert au Centre de Traitement d’Ebola(CTE). Selon le ministère de la santé, le malade évadé a été localisé dans une partie non sécurisée de la zone santé de kalunguta au sud du territoire de Beni. Les discussions ont été entamées entre le chef de village et l’équipe de la zone de santé en vue d’extraire ce cas dans cette localité en toute sécurité.

De retour de Kinshasa, le gouverneur du Nord-Kivu, province dont relève le territoire de Beni a mis en garde les hommes politiques qui « découragent la population à l’administration du vaccin » Anti-Ebola. « Nous voudrions dire que nous avons dépassé le domaine de la santé publique où nous n’utilisons pas la contrainte, maintenant nous allons demander aux services de pouvoir se servir et de pouvoir mettre hors d’état de nuire tous ceux qui décourage la population à accéder et aux soins et au vaccin contre l’Ebola parce que je les considère comme des criminels. » a déclaré le gouverneur Julien Paluku.

Depuis le début de la vaccination le 8 août 2018, 11.417 personnes ont été vaccinées, dont 4.056 à Mabalako, 3.652 à Beni, 1.632 à Mandima, 834 à Butembo, 613 à Katwa, 270 à Masereka, 164 à Komanda, 121 à Oicha, 65 à Kinshasa (personnel médical à déployer), et 10 à Tchomia. Avec le décès d’un cas confirmé à Butembo, l’épidémie a atteint  la barre des 100 victimes, d’après un décompte en date du 22 septembre.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut