› Politique

Crise Belgo-congolaise: le climat socio-économique touché

Un Etat ne se gère pas par des états d’âme. Les retombées des décisions prises par le Gouvernement congolais sur cette affaire de rupture diplomatique, commencent déjà à peser lourd sur le climat socio-économique. La crise Belgo-congolaise prend, sans aucun doute, des allures de feu de forêt qui valsent d’arbres en arbres. Plus rien ne marche entre le Royaume de Belgique et la RD. Congo au moment où le pays est plus que jamais sur une chaise instable voyant dans son précipice les crises protéiformes pour lesquelles les congolais se sentent délaissés au pied du mur.

A la Maison Schengen, aux Consulats d’Anvers, de Boma et de Lubumbashi, et même, à la compagnie d’aviation Brussels Airlines, ce sont les emplois des centaines de congolais qui tombent à l’eau sur un simple coup de baguette tragique. Il est clair, en effet, que les conséquences de ce conflit, qui demande de la retenue des deux Nations, sera une hécatombe pour le peuple congolais déjà assez meurtris par les mauvaises conditions de vie sociale dont il est victime au fil du temps.

Sans ambages, les sages dans leur langage visionnaire, voient venir le durcissement de la crise politique, sociale et économique pour lequel la RD. Congo est ainsi parti pour toute cette année 2018. Ces tensions diplomatiques vont enfoncer le clou de la souffrance des congolais qui vivent en pensant constamment à un avenir du coup bâclé.

Mais à qui profite cette crise ? Premièrement, partant de la fermeture de la maison Schengen à Kinshasa, c’est moins d’emplois dans la capitale rd-congolaise, et plus pour Brazzaville où les visas seront désormais délivrés. C’est plus de coût pour ceux qui veulent quitter le sol congolais avec sur la liste des dépenses, les frais de laissez-passer à payer pour traverser de l’autre côté du majestueux Fleuve Congo, les frais de séjour et de restauration, ainsi que d’autres frais connexes,… Ensuite, quand Brussels Airlines est contraint à réduire ses fréquences de vol, il en va de soi qu’elle les augmente dans certains pays voisins de la République. Et par la fermeture des différents consulats, ce sont encore des congolais qui se retrouvent au chômage le plus injuste. Cette crise profite visiblement à tout le monde, sauf au peuple congolais.

Les agences de voyages autour de la Maison Schengen se plaignent d’ores et déjà des effets néfastes qu’ils vont endurer aux retombées de ces verdicts salés. Il n’en est pas de moins pour les cambistes et autres vendeurs qui ont fait de la Maison Schengen leur gagne-pain quotidien. Oui, c’est bien dommage.

Outre l’effet chômage de cette situation, il y a les dissemblances de vues entre Paris et Bruxelles qui laissent entrevoir des méfiances et suspicions sur la véritable position de la France. Pendant que le ton se durcit entre la Belgique et son ancienne colonie, la France se montre, pour plusieurs congolais, très coopérative avec la RDC oubliant ses bons offices avec son voisin européen. Au vu des manifestations réprimées de manière violente ces derniers temps, des déclarations qui inquiètent le peuple congolais sur la tenue des élections en décembre prochain, la France a prêtée l’oreille attentive aux autorités congolaise tournant le dos à l’autre côté de la pièce d’un peuple, pour le moins, terrorisé par le régime en place. Dans tous les cas, la coopération Belgo-congolaise se doit de revenir aux bons sentiments.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut