International › APA

Côte-d’Ivoire: Importante hausse des impôts récoltés au premier trimestre de 2022

Les objectifs de recettes pour le deuxième trimestre sont fixés à 979,8 milliards Fcfa, soit une hausse de 181,8 milliards Fcfa par rapport à la même période en 2021.Les services des impôts de Côte d’Ivoire ont recouvré 722,8 milliards Fcfa de recettes brutes au 1er trimestre 2022 pour un objectif de 701,1 milliards Fcfa, soit un écart positif de 21,7 milliards Fcfa.

Ces données ont été dévoilées, vendredi, à Abidjan par Dr Mbahia Bamba Maferima, à l’ouverture d’un séminaire bilan du 1er trimestre 2022 et des perspectives du 2e trimestre de l’année en cours.

En comparaison avec les recettes de la même période, en 2021, elle a indiqué que les montants mobilisés s’élevaient à 640,2 milliards Fcfa, des réalisations en hausse de 82,6 milliards Fcfa, soit une progression de 12,9%.

Mme Mbahia Bamba a annoncé que les objectifs de recettes de la Direction générale des impôts  (DGI) pour le deuxième trimestre sont fixés à 979,8 milliards Fcfa, en hausse de 181,8 milliards Fcfa par rapport aux recouvrements de la même période en 2021.

Le directeur de Cabinet, représentant le ministre du Budget et du portefeuille de l’Etat, M. Adama Sall, a au nom du ministre, décerné des encouragements à la DGI pour ces résultats enregistrés et les efforts accomplis par les différents services durant le 1er trimestre 2022.

Toutefois, « de nombreux défis restent encore à relever afin de permettre à l’Etat de mener à bien les ambitieux programmes de développement contenus dans le Plan national de développement 2021-2025 », a-t-il ajouté.

Il a fait observer qu’en 2022, les ressources fiscales et douanières cumulées devraient représenter environ 45% du budget national, relevant que les marges de progrès restent encore importantes pour inverser la structure du financement du budget au profit des ressources internes.

Les défis à relever sont remarquables, dans un contexte marqué par des chocs exogènes liés à la pandémie de la Covid-19, avec l’augmentation du coût du fret, la hausse du cours du baril de pétrole à l’international et la crise russo-urkrainienne.

Cependant, lancera-t-il, le cap de l’atteinte des objectifs de recettes devra être maintenu pour faire face aux besoins de financement de plus en plus croissants que le contexte actuel exige. C’est pourquoi il est impérieux de monter en puissance les mesures de politiques fiscales en cours.

M. Adama Sall a souligné qu’ il est attendu l’opérationnalisation de l’ajustement à la taxe sur la valeur ajoutée des plateformes de ventes en ligne et de services numériques, l’institution de la taxe sur la communication audiovisuelle, les nouvelles dispositions relatives aux transactions intragroupes et l’application de la taxe spéciale sur les produits en matière plastique.

Des facteurs de risques existent et pourraient affecter les performances de l’administration fiscale au cours des prochains mois. Il s’agit, entre autres, de la persistance de la crise russo-ukrainienne et la résurgence de la crise sanitaire de Covid-19.



Bon plan
Publié le 12.02.2021

RDC : Que faire ce Weekend de la Saint Valentin ?

Ce 14 février, la société BRASIMBA offre des espaces et des bons plans.  Elle  vous proposer  de très belles  soirée en amoureux. En couple ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut