› Société

La commercialisation des espèces protégées de la RDC à la Chine provoque des tumultes

un Okapi espèce protégé en RDC

L’échange de plusieurs espèces protégées congolais vers des zoos chinois crée une polémique dans le pays ; une pétition a même été lancée contre cette initiative.

Dans une correspondance adressée aux autorités congolaises, Liu Min Heng, directeur exécutif de Tianjin Junheng International Trade Corporation, fait une demande d’importer des animaux. Principalement des espèces protégées, dans le cadre de l’accord bilatéral entre l’ICCN (Institutions congolaises pour la conservation de la nature) et les zoos chinois. En réponse, le ministre congolais de l’Environnement, de la conservation de la nature et du développement durable Amy Ambatobe Nyongolo annonce, dans un courrier l’arrivée en Chine d’une équipe de congolais experts avec la mission “d’assurer une bonne réception et la meilleure conservation de ces différentes espèces dans ces zoos.” Dès lors naît le problème, l’ICCN semble ne pas être d’accord. Dans une autre correspondance adressé au ministre Amy Ambatobe, son directeur général, le Dr Cosma Wilungula, étale un bon nombre de réticences à ce sujet, s’appuyant notamment sur la procédure qui n’a pas été respectée.

“Etant données la vulnérabilité et la sensibilité des spécimens sollicités dont certains en danger critique d’extinction (Gorilla beringei beringei, Pan paniscus, Pan troglodites, Trichechus senegalensis), sont inscrits à l’Annexe de la Convention CITES, à l’exception de Okapia johnstoni qui n’est pas inscrit aux Annexes de la CITES mais qui est intégralement protégé en RDC). Nous sommes appelés à respecter les dispositions de la Convention CITES et des lois congolaises y afférentes, disposant que l’exportation ne peut pas se faire à des fins commerciales. Les Autorités Scientifiques de la RDC et de la Chine devront émettre l’Avis de commerce non préjudiciable et l’Organe de gestion CITES/RDC devra émettre l’Avis d’acquisition légale conformément aux lois congolaises avant de signer les permis d’exportation“, explique Amy Ambatobe dans une lettre datée de juin 2018.

Cela signifie que les autorités scientifiques de la RDC et de la Chine ainsi que le négociant chinois devront obtenir l’autorisation de la CITES pour obtenir un permis d’importation et d’exportation. Ainsi, la Convention CITES est un accord international entre gouvernements qui vise à garantir que le commerce international de spécimens d’animaux et de plantes sauvages ne menace pas leur survie. En outre, des organisations de la société civile voient d’un mauvais œil cet échange. SAVE VIRUNGA est allée même jusqu’à lancer une pétition sur internet pour s’opposer au transfert de ces animaux congolais vers la Chine. “Même si le processus est censé être légal et planifié, personne ne sait ce que le gouvernement de la RDC a obtenu en échange du commerce de ces précieux animaux et du patrimoine national“, explique l’organisation sur son site internet.

 



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut