› Santé

Choléra : 25 170 cas confirmés dont 857 décès en dix mois

Image d'illustration

Depuis janvier, la maladie sévie dans 21 des 26 provinces de la république démocratique du Congo.

Cette année, les cas de choléra ont été notifiés en RDC dès la première semaine du mois de janvier. A la suite d’une riposte organisée par l’autorité sanitaire et ses partenaires, une tendance à la baisse des cas a été remarquée dans certaines localités. 80% des cas ont été notifiés dans 8 provinces (Kasaï Oriental, Sud-Kivu, Tanganyika, Nord-Kivu, Mai-Ndombe, Kongo Central, Kasaï, Kinshasa), selon le bulletin épidémiologique du  Programme National d’Elimination du Choléra et des Maladies diarrhéiques (PNECHOL-MD). La province du Haut – Katanga a enregistré ses premiers cas  à la fin du mois de septembre. A la fin du mois d’Octobre, l’épidémie s’est étendue dans la province du Haut – Lomami. Des flambées de réactivation ont été notifiées dans certains anciens foyers suite à « la persistance des facteurs de risque favorisant la transmission », selon le bulletin.

Le choléra se transmet par une bactérie qui s’attrape par « l’ingestion d’aliments ou d’eau contaminée », selon l’OMS. Après une courte période d’incubation, il entraîne  des diarrhées et vomissements, puis une déshydratation pouvant mener à une mort rapide, faute de soins. En 2017, la RDC a connu l’une de ses pires épidémies de choléra depuis des dizaines d’années.  Au moins 1 132 personnes ont été tuées par la maladie et plus de 53 600 cas suspects ont été recensés, selon un dernier bilan officiel. Avec des milliers de cas enregistrés chaque année, le choléra est un problème de santé publique majeur en RDC, pays où une grande partie de la population vit dans la pauvreté.

La plus meurtrière épidémie de choléra connue par le pays remonte à 24 ans, lorsque des milliers de réfugiés rwandais affluaient dans l’est de la RDC.  Une épidémie qui s’était déclarée dans des camps de réfugiés rwandais à Goma avait emporté plus de 50 000 personnes.

À LA UNE
Retour en haut