Politique › Justice

Haut-Uélé : un capitaine des FARDC condamné à 20 ans de prison

Carte de Isiro en Province Orientale

Selon l’auditeur militaire de garnison, le condamné Papy Muhindo était poursuivi pour cinq infractions.

Le tribunal militaire de garnison d’Isiro (Haut-Uélé) a condamné, mercredi 22 novembre, le capitaine Papy Muhindo des Forces armées de la RDC à vingt ans de prison ferme. Selon l’auditeur militaire de garnison, le capitaine Ntambwe, le condamné était poursuivi pour cinq infractions.

Il s’agit de :

Violation des consignes
Dissipation des munitions de guerre
Menaces et outrage envers le maire de la ville d’Isiro
Extorsion
Tentative d’arrestation arbitraire.
Cette juridiction siégeait en procédure de flagrance après l’arrestation de cet officier dans la cité de Wamba située à 120 km du chef-lieu de cette province.

Le capitaine Papy Muhindo a été arrêté au moment où il tentait de rejoindre Butembo, sa terre natale avec sa famille alors qu’il était recherché par l’auditorat militaire de garnison d’Isiro.

Selon la même source, vendredi dernier vers 19h00, cet officier des FARDC avait tenté d’arrêter arbitrairement un civil dans un bistrot au motif qu’il portait des effets militaires. Alors que ce civil ne portait qu’une culotte aux taches noir et blanc qui n’ont rien à voir avec une tenue militaire affirme l’organe de la loi.

En outre souligne-t-il, il a extorqué plus de 400 000 Fc (plus de 200 USD) à un agent de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) qui venait de percevoir son salaire.

Le maire de la ville, proche parent de la victime venue s’enquérir de la situation au moment où elle a été alertée s’est vu menacer par le militaire et son garde du corps. Réalisant son forfait, l’homme en uniforme a quitté les lieux en tirant deux à trois coups de balles semant ainsi la panique dans la cité.

Il expliquera plus tard aux juges qu’il avait tiré en l’air pour se sauver parce qu’il se sentait en insécurité. Une explication qui n’a pas convaincu puisque les juges ont retenu la peine la plus lourde  requise par le ministère public, soit vingt ans de prison.

Son garde du corps, lui a écopé de cinq ans d’emprisonnement.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut