Culture › Musique

Changement de fréquence, après plusieurs années dans le monde, MJ 30 revient dans le gospel

MJ 30

Qui aurait cru qu’avec le succès qu’elle avait récolté dans la musique populaire, la chanteuse N’Jibu Marie José dit MJ-30 pouvait revenir à la musique chrétienne.

Et pourtant c’est ce qu’elle vient de décider. En effet, il y a bien longtemps alors qu’elle était encore élève à l’Institut National des Arts et Métiers (INAM), avec son amie baptisée Cindy-le-Cœur par le Quadrakoraman, les deux filles s’étaient alignées dans la voie du Seigneur en faisant la musique chrétienne.
Elles se rendaient continuellement au studio  » N’diaye » enregistrer leurs œuvres sous la supervision de l’ingénieur JP Kis. C’est là qu’un jour de passage en ce lieu, Koffi-Olomide était surpris par les voix de ces deux filles qui faisaient même bouger les anges.
Il a approché JPKis, lui demandant s’il pouvait convaincre les deux chanteuses-gospel à signer avec lui pour faire partie du Quartier-Latin-International qui avait besoin de la voix féminine pour sa chorale.
Aussitôt dit, aussitôt fait, les deux chanteuses ont été embauchées par le grand-Mopao pour travailler avec lui. Quelque temps seulement après alors que Cindy-le-Cœur s’était habituée à la lignée du Quartier-Latin-International, MJ 30, elle, après hésitation, s’est retrouvée entre les bonnes mains de la Mamu-Nationale Tshala-Mwana qui l’a propulsé au sein de l’orchestre Dynastie-mutwashi où elle s’est exprimée valablement jusqu’à imposer un style, un rythme très emballant qui a fait d’elle une véritable reine dans le royaume d’Orphée.
Mais, une fois encore, c’était sans compter avec cette dulcinée qui ne cessait de suivre le courant du vent. Une embrouille entre elle et la Mamu-Nationale fera que MJ 30 optera pour le vieux continent continué sa carrière.

En Europe donc d’où elle se trouve présentement, Marie-José N’Jibu a fait de nombreux featuring avec plusieurs sommités de la chanson africaine dont le regretté Papa-Wemba avec qui, elle avait signé de nombreux projets.
La mort du patron de Viva-la-Musica est un coup fatal pour cette chanteuse qui ne voit plus ce qu’elle peut maintenant faire dans la suite de sa carrière. C’est alors qu’une voie sereine a retenti à ses oreilles, lui demandant de regagner, sans coup férir, son ancien champ de prédilection.
Ainsi, toute affaire cessante, la compositrice de « Mastor » vient de porter son ancienne robe et c’est une chanteuse-gospel que les mélomanes et singulièrement les chrétiens vont devoir découvrir dans leurs assemblées.

Source: l‘Avenir



À LA UNE
Retour en haut