Politique › Actualité

La CENI présente un budget de 432 millions USD pour les 3 scrutins de décembre 2018

C’était au cours de la réunion du Comité Technique réunissant les experts de la CENI et les partenaires nationaux et internationaux.

La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a présenté le 7 décembre 2017 le budget électoral « détaillé et rationalisé » de 432 millions de dollars américains relatifs aux trois scrutins de décembre 2018 (hormis le reliquat relatif aux opérations d’enrôlement). C’était au cours de la réunion du Comité Technique réunissant les experts de la CENI et les partenaires nationaux et internationaux.

Corneille Nangaa a profité pour rappeler les contraintes liées au respect de ce calendrier. S’il a loué les efforts du gouvernement dans le financement de l’opération d’enrôlement, il a aussi insisté sur le respect des délais. « Si le financement n’est pas rendu disponible au moment où il est requis conformément au rythme des opérations techniques, particulièrement les plus urgentes, le processus en subira certainement un coup », a-t-il martelé.

Il a également adressé un message à la communauté internationale sur les préalables au financement du processus électoral.

« Le deuxième risque est relatif à l’apparente tergiversation des partenaires techniques et financiers quant à leur participation réelle au financement du processus. Car si, comme par le passé, ces derniers continuent de multiplier des conditionnalités à leur soutien au processus, pendant que le temps qui s’écoule ne se prête plus à des atermoiements, nul doute qu’une telle attitude influera à coup sûr sur le respect du calendrier », a-t-il dit.

A propos, dans l’un de ces conclusions ce lundi 11 décembre, le Conseil des Affaires étrangères de l’Union européenne avait insisté sur certaines conditions.

« L’UE souligne la nécessité de respecter la Constitution et l’urgence de la mise en œuvre intégrale par le gouvernement de l’ensemble des mesures de décrispation politique prévues par l’accord de la Saint-Sylvestre, nécessaires pour réunir les conditions d’élections crédibles et inclusives, rétablir la confiance entre les acteurs concernés et apaiser les tensions politiques, notamment la libération de tous les prisonniers politiques, la fin des poursuites judiciaires injustifiées, la fin de la duplication des partis politiques, la liberté de la presse et la réouverture des médias fermés. L’UE appelle aussi au respect de la liberté de réunion et de manifestation pacifique », avait dit le Conseil européen des Affaires étrangères.

Cette position est également soutenue par la Belgique qui conditionne son appui au processus électoral par l’application intégrale de l’Accord du 31 décembre.

« Ces conclusions soulignent la nécessité d’organiser des élections libres et crédibles en RDC et rappellent la volonté de l’UE de contribuer au processus électoral pour autant que des mesures nécessaires soient prises afin de garantir la crédibilité du processus tant sur le plan technique qu’en ce qui concerne l’ouverture de l’espace démocratique. La Belgique a décidé de réserver, dans un premier stade, 5 millions d’euros en appui aux élections, qui pourront être libérés dès que ces conditions seront réunies et elle encourage ses partenaires à agir dans le même sens, en restant très attentifs aux engagements des autorités congolaises »,  disent le vice-Premier ministre et ministre belge des Affaires Etrangères, Didier Reynders, et son collègue de la Coopération au Développement, Alexander De Croo.

Corneille Nangaa a aussi émis des hypothèses sur le soutien attendu de la Monusco relativement à la Résolution 2348 du Conseil de sécurité de l’ONU.

« En effet, s’il advenait un quelconque dysfonctionnement ou rétropédalage dans la planification de l’appui logistique à fournir par la mission onusienne, de telle sorte que son intervention ne puisse plus répondre exactement au rythme des besoins opérationnels au moment et au lieu où il le faut, on pourrait également avoir des raisons de craindre pour le respect du calendrier », a-t-il dit.

Pour rappel, la Monusco avait remis jeudi 30 novembre (comme fixé dans les annexes du calendrier électoral) à la CENI un plan de soutien logistique qu’elle a conçu pour appuyer l’organisation de prochaines élections. Ce document n’est pas très différent de celui utilisé pour les élections de 2011.

 



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut