Elections 2018 › Présidentielle

Campagne électorale : « Lamuka n’a pas mobilisé ses militants un seul instant contre les meetings de Tshisekedi » (Fayulu)

Fayulu

Martin Fayulu a rejeté en bloc les faits allégués par Tshisekedi, candidat du Cap pour le Changement, contre la coalition Lamuka d’avoir mobilisé ses militants pour perturber leurs meetings de campagne à Bunia

Le candidat Fayulu affirme qu’aucun « instant »Lamuka n’a réuni ses membres afin de recevoir l’ordre de perturber les meetings de « son frère Félix ».

« Comment on peut seulement penser un seul instant que nous allons nous asseoir un seul instant avec nos militants pour leur donner des consignes pour aller perturber le meeting de quiconque. Félix et moi nous sommes des frères, des amis. Nous avons milité ensemble, nous avons souffert ensemble. Nous savons que-est-ce que sont les exactions du pouvoir en place. Le premier sentiment d’un enfant de Dieu c’est l’amour et quand vous l’avez-vous ne pouvez pas aller demander qu’on fasse du mal à quelqu’un d’autre même pas les gens qui sont du côté de Kabila. Nous sommes des adversaires politiques sur les terrains politiques, des idées mais pas sur les terrains des agressivités et des violences », a dit Martin Fayulu lors d’une conférence de presse ce jeudi à Goma.

En meeting mercredi à Beni, des pierres ont été jetées à l’endroit de Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe par des militants qui chantaient à la gloire de Martin Fayulu.

« Ce qui est bizarre, c’est que les amis de Lamuka s’acharnent sur leurs amis de l’opposition et ils laissent Shadary évoluer tranquillement. Ce qui est curieux. Parfois ça ressemble à de la haine », avait regretté Tshisekedi au cours d’une conférence de presse à l’aéroport de Mavivi à Beni après un meeting qui n’avait duré que 15 minutes au rond-point du 30 juin sur le boulevard Nyamwisi.

Pendant ce temps, les deux candidats des plateformes de l’opposition poursuivent leur campagne électorale. Felix Tshisekedi est arrivé ce jeudi à Mbuji-Mayi tandis que Martin Fayulu était contraint d’atterrir hier à Goma (Nord Kivu) alors qu’il devrait se rendre à Kolwezi (Lualaba) après son meeting tenu sous une vive tension à Kalemie

À LA UNE
Retour en haut