› Société

Brazzaville et Kinshasa, les deux capitales les plus proches du monde

La navette fluviale qui effectue les liaisons Brazzaville-Kinshasa.

Seulement une quinzaine de minutes environ en canot séparent les deux villes. Cependant, les tracasseries administratives sont de nature à vous gâcher le voyage.

Il est 08h00 à Brazzaville, capitale de la République du Congo. Véronique et Clémentine, deux camerounaises venues passer les congés au Congo, ont décidé de poursuivre leur séjour en République démocratique du Congo. Malgré la précaution qu’elles ont pris en se renseignant auprès des Brazzavillois, leur voyage sera plein de surprises.

« Bonjour, il faut payer 150 FCFA pour entrer dans le Beach », entendent Véronique et Clémentine à l’entrée du débarcadère de Brazzaville. Ce matin-là, un homme et une femme, sont assis devant le portail d’entrée du Beach. Leur travail c’est de recevoir de tous ceux qui voyagent la somme de 150 fcfa, surtout des étrangers. Les deux voyageuses sont surprises de savoir qu’elles doivent donner de l’argent pour avoir accès au débarcadère fluvial. « C’est comme si tu arrives dans une agence de voyage et on te demande de payer l’entrée », s’indigne Véronique. Même si mécontentes, elles ont donné la somme de 300 FCFA pour leur accéder au Beach.

Une fois à l’extérieur, c’est un parcours de combattant qui débute. Vous êtes accosté par plusieurs personnes qui veulent vous donner un coup de main, en espérant recevoir une contrepartie. Il faut débourser 11.000frs CFA pour un billet de canot rapide qu’on vous remet après payement. Mais ce n’est pas fini ! Il faut encore donner 6500f pour les frais de « douanes », de « déclaration de ces bagages » et bien d’autre pour lesquels vous ne recevrez aucun reçu.  Après cette étape, vous attendez l’heure d’embarquement qui n’est d’ailleurs pas déterminée.

Plus d’1h30 d’attente sur place, le soleil s’est pointé à l’horizon, la chaleur commence à devenir insupportable, Véronique et Clémentine présente déjà des signes de fatigue. Plus que quelques secondes, le temps de faire des vérifications de billets et c’est le départ pour Kinshasa.  Le sourire aux lèvres, les deux femmes n’arrêtent pas de prendre des photos. Elles ont en peine profité du voyage, que le canot accostait le Beach de Ngobila à Kinshasa. On pouvait lire sur un panneau « Bienvenu à Kinshasa »

« Nous avons seulement fait dix minutes », s’exclame Clémentine. Au débarcadère fluvial de Kin, les deux femmes comme tous les autres passagers, passent à un contrôle de sécurité faite par la police.  Elles ont encore déboursé 5000 fcfa chacune pour les frais de « Douane », même si les deux camerounaises ne s’y attendaient pas, elles sont heureuses d’être arrivées.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut