Société › Education

Nord-Kivu : Ebola et l’insécurité menace la rentrée scolaire à Beni

L'enseignant avec quelques élèves

La rentrée scolaire 2018-2019 n’a pas connu d’engouement dans les écoles publiques, conventionnées et privées  lundi 03 septembre  dernier à Beni dans la province du Nord-Kivu.

Dans certaines écoles, des enseignants étaient présents mais sans la présence d’élèves. Ou soit le contraire : élèves présents mais pas d’enseignants. Un petit engouement a été observé dans les écoles privées ou les élèves étaient présents dans leurs écoles.

Pour le premier jour de rentrée de classe, ce sont des enseignements pratiques pour se protéger contre le virus Ebola qui ont été donnés aux apprenants présents.

Interrogés sur l’absence de leurs enfants à l’école, certains parents ont déclaré avoir peur de la maladie d’Ebola qui sévit dans la région.

La crise économique et l’insécurité dans les périphériques dans le territoire de Beni ont également été décriées par les parents pour justifier l’absence des élèves dans les écoles.

Entre-temps, le parlement des enfants alerte sur le fait que dans plusieurs écoles il y a absence des lavabos.

Pour Benjamin Asimoni, son président, il y’a nécessité d’avoir des lavabos, thermomètres lasers et l’eau en quantité suffisante dans les écoles, pour prévenir Ebola.

Par ailleurs, dans l’épicentre de la maladie Ebola à Mangina, les cours n’ont pas repris. Les portes des écoles sont restées fermées.

Même situation à Kainama où il y’a eu la dernière incursion des rebelles ADF, les activités scolaires n’ont pas repris non plus.

Par contre, en ville de Butembo, la rentrée scolaire a bel et bien eu lieu dans les différentes écoles. Les premiers enseignements étaient axés sur les règles d’hygiène, question de prévenir les élèves contre l’épidémie à virus  d’Ebola.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut