Politique › Institutions

Beni : la Monusco intensifie les patrouilles dans les zones ciblées

Image d'illustration

Jean-Pierre Lacroix, Secrétaire général adjoint des Nations Unies chargé des opérations de maintien de la paix, a affirmé que les casques bleus ont entamé une stratégie de « défense active », depuis trois semaines, à Beni et ses environs.

« Cela fait trois semaines qu’il n’y a pas d’attaque. Il faut aller au-delà. Il y a des unités qui font des patrouilles dans des zones ciblées avec un rôle préventif », a déclaré Jean-Pierre Lacroix dans une conférence de presse organisée ce jeudi à Kinshasa. Cet échange avec la presse intervient après une mission conjointe avec Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), entamée depuis lundi en RDC. « Il faut faire plus, penser aux moyens d’améliorer la réponse à Ebola. Nous sommes en appui aux FARDC. Il faut aussi que la communauté s’engage. Nous avons passé le message. C’est vrai que ces groupes exercent les menaces et la pression, mais c’est important. Il faut regarder ce que la MONUSCO peut améliorer. Nous avons une forte présence dans la région », a-t-il ajouté.

« Il faut un engagement régional, national, local. Il faut aussi travailler sur nos outils et nos postures conjointement avec nos amis de la RDC. Nous allons travailler sur l’évolution des nos unités, des nos équipements et de notre commandement (…) Nous travaillons également pour sécuriser davantage les endroits bien précis comme Beni »,  a t-il affirmé. Cet échange avec la presse intervient après une mission conjointe avec Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) entamée depuis lundi en RDC. « Il y a un travail de collecte d’information, d’identification de la meilleure cible en faisant attention aux civils. Les ADF se déplacent parfois avec les enfants. Nous sommes là pour sécuriser les victimes, mêmes ceux qui sont avec les ADF »,  a t-il ajouté.

Ebola 

Au total, 5 500 personnes sont suivies au Nord-Kivu et en Ituri dans la lutte contre l’épidémie de la maladie à virus Ebola,  a dit Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), au cours d’une conférence de presse organisée à Kinshasa ce vendredi. « Le nombre de cas a baissé, mais nous sommes encore loin de la fin de l’épidémie. La sécurité, la méfiance de la communauté, la densité de la population sont les trois principaux défis », a dit Tedros Adhanom Ghebreyesus. Cette conférence de presse a été organisée à la fin d’une mission conjointe débutée le lundi.  « C’est une mission historique. C’est la première fois que mon organisation et le Secrétaire général adjoint des Nations Unies chargé des opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix. Nous étions venus pour faire l’évaluation sur terrain. C’était aussi pour montre que les agences de l’ONU sont unies dans l’action sur terrain »,  a-t-il ajouté. Au total, 308 cas de fièvre hémorragique ont été signalés dans la région (de l’Ituri), dont 273

À LA UNE
Retour en haut