Politique › Sécurité

Beni : 24 personnes tuées lors de la dernière attaque des combattants ADF

Image d'illustration

L’attaque meurtrière du week-end attribuée aux rebelles ougandais Forces Démocratiques Alliées (ADF), dans la ville de Beni, a fait 24 morts dont  4 militaires, selon le bilan livré ce mardi 25 septembre par la Société civile de la province du Nord-Kivu.

La coordination de la société civile  se dit préoccupée par les tueries des personnes dans cette partie du pays. «En ville de Beni, passant par les quartiers Kasinga, Paida, Kasabinyole jusqu’au TCB Mupanda  en commune de Rwenzori aux heures vespérales, les présumés ADF y ont opéré jusqu’à tuer 20 civiles et 4 militaires mais aussi blesser environ 25 civils et endommager 4 maisons (…). La coordination provinciale de la société civile forces vives du Nord-Kivu peine à digérer la montée exceptionnelle de l’insécurité et du nombre croissant des groupes armés sur toute l’étendue de la province», lit-on dans le communiqué. Les autorités militaires avaient fait état de 18 morts dont 4 militaires tués après l’attaque. Depuis le lundi 24 septembre, les activités tournent au ralenti dans la ville de Beni. Le nuit dernière, des détonations d’armes ont été entendues dans la commune d’Oicha, trentaine de kilomètres au nord de la ville où une position des FARDC a été incendiée  par des présumés combattants ADF. Au cours d’incursion, un civil a été tué et plusieurs enfants portés disparus.

 

Des actions de «grande envergure»

La coordination de la société civile du Nord-Kivu exige des autorités une implication urgente contre l’insécurité qui sévit particulièrement à Beni où elle rapporte les tueries d’une vingtaine de personnes samedi dernier par des présumés combattants ADF. Elle promet d’entamer des actions de «grandes envergures» si les autorités tardent à agir. «La coordination provinciale de la société civile forces vives du Nord-Kivu informe le gouverneur de la province du Nord-Kivu, le commandant de la 34ème région militaire, le commissaire provincial de la police nationale congolaise, le directeur provincial de l’agence nationale du renseignement, les administrateurs du territoire, les maires de ville, les fonctionnaires délégués du gouverneur de la province, les chefs de chefferies, secteurs et groupements, que si rien n’est fait dans l’urgence, elle prépare des actions publiques, pacifiques, des grandes envergures afin d’exiger la sécurité des personnes et de leurs biens», dit-elle dans son communiqué publié ce mardi.

Contrairement au bilan de 18 morts fourni par l’armée, la société civile parle de 24 personnes tuées dont 4 militaires lors de l’attaque de présumés combattants ADF dans plusieurs quartiers de l’est de la ville de Beni. Cette situation a suscité la colère de la population. Les bureaux de quartier Kasabinyole et Boikene, en commune Rwenzori, ont été brûlés ce mardi par des manifestants.

 



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut