Politique › Sécurité

BCNUDH : 23% de violations des droits de l’homme en septembre ont été commis par les FARDC

Image d'illustration

Le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme (BCNUDH) a documenté 623 violations des droits de l’homme sur tout le territoire de la RDC durant le mois de septembre 2018.

C’est une confirmation de la hausse déjà constatée au mois d’août 2018 (620 violations documentées en août 2018, contre 515 en juillet 2018). Alors que le nombre de violations commises par les agents de l’Etat est en baisse de 22% par rapport au mois précédent, ces derniers demeurent responsables de plus de la moitié des violations documentées. 409 violations enregistrées au mois d’août 2018. L’ensemble des violations commises par des agents de la PNC et des militaires des FARDC constitue 44% des violations et atteintes documentées. Les agents de l’Etat sont notamment les auteurs de l’exécution extrajudiciaire de 25 personnes, dont une femme, rapporte le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme (BCNUDH).

 

Sur l’ensemble du territoire de la RDC, les agents de l’Etat sont responsables de 321 violations, soit 52% des violations documentées en septembre 2018. Ce nombre représente une baisse par rapport aux 409 violations enregistrées au mois d’août 2018, précise le BCNUDH. « Si la majorité de ces violations a encore été documentée dans la province du Nord-Kivu (42%), les autres provinces particulièrement affectées sont celles du Sud-Kivu (15%) et de l’Ituri (12%). Les militaires des FARDC ont notamment été responsables de 39 violations du droit à l’intégrité physique (50 victimes, dont 16 femmes, y compris 11 femmes victimes de violences sexuelles), 37 violations du droit à la propriété et 19 violations du droit à la vie (23 victimes, dont 14 victimes d’exécutions extrajudiciaires parmi lesquelles une femme) », ajoute la même source.

 

De toutes les parties au conflit, les militaires des FARDC ont commis le plus grand nombre (23%) de violations des droits de l’homme dans les provinces affectées par les conflits, soit 119 des 517 violations documentées dans ces provinces. « Néanmoins, la proportion des violations commises par les militaires des FARDC a diminué significativement, en considérant que pendant le mois précédent, les FARDC ont été responsables de 32% des violations », ajoute le rapport. Le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme (BCNUDH) est composé de la Division des droits de l’homme de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) et du Bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) en République démocratique du Congo (RDC). Son mandat est notamment d’assister le gouvernement de la RDC dans la promotion et la protection des droits de l’homme à travers ses 18 antennes et bureaux de terrain, ainsi que son quartier général à Kinshasa

À titre d’exemple,  le BCNUDH rapporte que le 5 septembre 2018, à Kisanyuka, territoire de Rutshuru, province du Nord-Kivu, un homme a été tué, et deux autres hommes et une femme ont été blessés par balle par des militaires des FARDC qui ont tiré contre la population après avoir été attaqués par des combattants Maï-Maï Nyatura.

 



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut