International › AFP

Attaques de Boko Haram au Niger: quatre morts et sept « disparus »

Pas d'image

Au moins quatre personnes ont été tuées vendredi et sept autres sont portées disparues après une attaque attribuée aux jihadistes de Boko Haram près de Bosso, dans le sud-est du Niger, a-t-on appris auprès d’un élu local.

« Le bilan est de quatre morts dont deux Nigérians et deux Nigériens. Sept autres personnes sont portées disparues parmi lesquelles deux enfants », a précisé l’élu de la région de Diffa, proche du Nord-est Nigeria.

L’attaque qui a visé Garin-Amadou, un hameau près de Bosso, a également fait « un blessé grave évacué à l’hôpital régional », selon cet élu.

Bosso, située à proximité du Lac Tchad, a déjà été attaquée à de nombreuses reprises depuis février 2015.

Les combattants de Boko Haram sont particulièrement actifs dans le bassin du lac Tchad, à cheval entre le Niger, le Tchad, le Nigeria et le Cameroun.

Dimanche dernier, un abitant de Bosso a été tué dans un attentat suicide commis par une femme et attribuée aux islamistes nigérians.

Plus au sud, le 15 février, sept soldats nigériens ont été tués lorsque leur position a été attaquée à Chétima Wangou, un village situé près de la ville de Diffa, par des « éléments lourdement armés de Boko Haram, à bord de véhicules dont un engin blindé », selon le gouvernement.

Fin 2018, l’armée du Niger a dit avoir tué « plus de 200 terroristes » au cours d’une offensive terrestre et aérienne dans le bassin du Lac Tchad.

Video

Vos paris sportifs
1xbet
Zapping CAN 2019
À LA UNE
Retour en haut