Opinions › Idées

Assemblée nationale : Patrick Masoya plaide pour une loi interdisant le cumul des mandats électifs

Patrick Masoya
 «Le cumul des mandats électifs est une autre forme de corruption qu’on doit déboulonner. Sur ce, j’interpelle nos dirigeants en général, et particulièrement le chef de l’État, garant de la nation, à dévisser ce système pour que demain, nous n’ayons plus de candidat qui puisse postuler à la fois comme député et sénateur à tous les niveaux.

 

Ce qui va donner la chance à tout le monde et permettre à notre jeune démocratie d’aller de l’avant», a déclaré Patrick Masoya, opérateur politique congolais et directeur général de la société Global Consulting & Investment Network LLC. C’était au cours d’un entretien accordé jeudi 22 juillet  à nos confrères du journal Le Potentiel.

Il propose que si un candidat veut postuler, il doit le faire uniquement pour un seul poste et pas faire le cumul. C’est en quelque sorte sa contribution, en tant que diaspora, pour l’avancement de la démocratie en RDC. Ce doyen de la diaspora congolaise salue le travail abattu jusque-là par le chef de l’État, Félix Tshisekedi qui, grâce à son dynamisme, a réussi à relever le niveau du pays qu’il a trouvé dans le chaos presque sur tous les plans.

Évoquant le plan économique, par exemple, ce secrétaire politique national adjoint en charge des Affaires étrangères au sein de l’UNCjette des fleurs au chef de l’État pour avoir placé sa confiance en des personnes compétentes au sein des régies financières. Ce qui aeu comme conséquence, la maximisation des recettes de l’État.Sur le plan politique, Patrick Masoya se félicite du fait du déboulonnement de l’ancien régime et de la rupture du mariage entre le CACH et le FCC, une coalition qui était contre nature. Chose qu’il avait prédite l’année passée dans notre journal.

Maintenir le cap

C’est dans le souci de maintenir ce cap que cet acteur politique invite députés et sénateurs à voter et adopter une loi qui puisse interdire à un parlementaire d’exercer à lui seul plusieurs mandats électifs, c’est-à-dire de postuler à tous les niveaux. Il estime que cette pratique facilite la corruption et ne permet pas au pays de se développer. Selon ses explications, en cumulant des mandats électifs, le député ou sénateur va jouer au népotisme pour collecter, au finish, l’argent de l’État par-ci par-là. « La RDC étant une jeune démocratie, le chef de l’État, en tant que garant de la nation, devra continuer à miser sur l’intérêt du peuple », a déclaré Patrick Masoya.

Par ailleurs, ce cadre de l’UNC salue les efforts déployés par Vital Kamerhe qui, aujourd’hui, « écope avec toute innocence, une peine qu’il ne mérite pas ». Il plaide pour la libération de Vital Kamerhe, «héros, allié fidèle à l’UDPS avec lequel l’UNC entretient de très bonnes relations. Le souhait de deux partis, c’est de continuer à travailler pour l’intérêt du peuple. Nous espérons que d’ici peu, la justice congolaise aura le temps de tout revoir ce jugement à la faveur de notre président pour qu’il reprenne son chemin de bataille pour l’intérêt de la nation ».

D’un registre à un autre, Patrick Masoya invite la communauté internationale, au travers de leurs ambassadeurs accrédités en RDC, à s’aligner derrière le chef de l’État et son allié fidèle, Vital Kamerhe.



Bon plan
Publié le 12.02.2021

RDC : Que faire ce Weekend de la Saint Valentin ?

Ce 14 février, la société BRASIMBA offre des espaces et des bons plans.  Elle  vous proposer  de très belles  soirée en amoureux. En couple ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut