› Politique

Arrestation de dizaines de militants pro-Katumbi

Imagine d'illustration

Plusieurs  de militants  ont été placés en détention, à Lubumbashi. Ils avaient été arrêtés le weekend dernier à la frontière avec la Zambie.

Les services de l’ordre et de sécurité les accusent d’avoir troublé l’ordre public alors qu’ils s’organisaient pour accueillir l’ancien gouverneur de l’ex-Katanga, Moïse Katumbi, au poste frontière de Kasumbalesa.  L’opposant Moïse Katumbi affirme avoir d’abord été empêché de rentrer en RDC par l’aéroport international de Luano, à Lubumbashi. Il avait tenté, par deux fois et sans succès, de rentrer par Kasumbalesa, à la frontière avec la Zambie. Selon les responsables de l’immigration zambienne, le gouvernement de Kinshasa n’a pas souhaité recevoir l’ancien gouverneur de l’ex-Katanga sur le territoire congolais, au motif que sa présence risque de provoquer des troubles.

Alors que Moïse Katumbi se trouvait de l’autre côté de la frontière, les forces de l’ordre et de sécurité s’occupaient de la foule qui avait réussi à se rassembler à Kasumbalesa, côté congolais, pour organiser son accueil, chansons hostiles au pouvoir à l’appui, pendant qu’en plusieurs endroits, des pneus flambaient. Selon des témoins, de nombreuses arrestations avaient alors été opérées sur place. « Des habitations avaient également été visitées au petit matin », explique Maître Sonville Mukendi, l’un des porte-parole de la plateforme pro-Katumbi, Ensemble pour le changement. Convoyées à Lubumbashi, soixante-et-onze des personnes arrêtées ont été présentées, vendredi 10 août, au parquet de Lubumbashi, accusées « d’avoir troublé » l’ordre public. Ces personnes ont immédiatement été placées en détention provisoire à la prison centrale de la Kasapa.

 



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut