› Personnalités

Accusé par le gouvernement de politiser son travail, Mukwege parle d’un « débat stérile »

Dr Denis Munkwege

Consacré Prix Nobel de la paix, le gynécologue congolais Denis Mukwege revient sur la déclaration du gouvernement congolais qui l’accuse d’instrumentaliser son travail à des fins politiques.

Dans une interview qu’il a accordée, ce lundi 8 octobre 2018, Denis Mukwege qualifie de « discussions stériles » le débat que les autorités congolaises engagent au sujet de son travail humanitaire. «Je ne vais pas entrer dans ce débat (…) On ne peut pas rester dans des discussions stériles continuellement. Je crois qu’il faut prendre la mesure de la gravité des choses et se dire qu’est-ce que moi je fais pour endiguer le mal Parce que si on continue à dire que j’instrumentalise, alors c’est comme si j’ai la capacité de tromper le monde entier sauf les Congolais qui voient les choses à leur façon ». Le gouvernement congolais, par le truchement de son porte-parole, Lambert Mende, a félicité Mukwege suite au Prix Nobel de la paix lui décerné. «… bien que nous ne soyons pas toujours d’accord avec ses analyses mais nous nous félicitons de ce qu’un compatriote soit honoré par le parlement suédois et nous espérons qu’il va continuer son travail en faveur des femmes victimes de violences dans cette partie (Est) martyrisée de notre pays», avait réagi Mende.

Dr Mukwege se définit avant tout comme un citoyen lambda qui a droit d’émettre un point de vue sur la situation sociopolitique du pays. «En tant que citoyen, nous n’avons pas besoin d’avoir la pensée unique. Moi je respecte leur façon de voir les choses. Mais moi également ce que je vis et que je raconte, c’est vérifiable (…) alors ils ne peuvent pas dire que j’exagère lorsque je raconte ce que je vis en faisant mon travail. On ne peut pas empêcher un peuple qui souffre de raconter sa souffrance.  Denis Mukwege est le premier Congolais à obtenir un Prix Nobel de la paix. Une récompense qui lui est attribuée grâce à son implication en faveur des femmes victimes des violences séxuelles dans des zones de guerre.

À LA UNE
Retour en haut