Société › Actualité

Accusé de viol et avortement, le pasteur Moïse Mbiye, appelle ses fidèles « à ne pas paniquer »

Eliane Bafeno et Moise Mbiye

De retour à Kinshasa,  le responsable de l’Église Cite Béthel le pasteur Moïse Mbiye, a appelé dimanche 2 février dernier à Kinshasa les fidèles de son église « à ne pas paniquer ».

Rentré de l’Europe samedi, il a livré sa première prédication, au moment où la plainte de son ex-copine contre lui est en train d’être instruite au parquet de grande instance de la Gombe.

Le pasteur Mbiye a invité les fidèles de la cité Béthel à avancer avec foi en Dieu, à l’instar de l’apôtre Simon Pierre, qui avait osé marcher sur l’eau:

« Si je dois commencer ma prédication de ce dimanche, je dirais à quelqu’un « arrête de paniquer ». Mais, lorsque tu arrêtes de paniquer, ne reste pas silencieux. Tu as vu des chars et des chevaux pour ta destruction. J’ai envie de me prêcher moi-même, regarde bien, Moise, regarde bien. L’autre fois c’était pour ma destruction, aujourd’hui c’est pour ma restauration, pour ma bénédiction, pour ma stabilité ».

Et les croyants de l’église disent garder leur foi intacte, malgré les vicissitudes et le regret visibles sur leurs visages. « Transforme-toi. Même si on te fait du mal, tu peux te transformer et ne pas suivre des gens-là qui parlent. Celui qui sonne le cœur, c’est Dieu. Les gens peuvent dire n’importe quoi. Mais moi je vois seulement le ciel», affirme une fidèle.

Dès ce lundi, débute la confrontation directe entre les conseils d’Eliane Bafeno et du pasteur Mbiye.

La semaine dernière, le ministre de Droits humains André Lite, avait condamné les intimidations et attaques armées contre les avocats de la partie civile dans l’affaire sextape du pasteur et musicien Mbiye.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut