› Société

A Kinshasa, les policiers ne paient pas le transport

Selon une décision du gouvernement central qui existe depuis plusieurs années, les bus et transports en communs doivent accepter au moins deux policiers ou militaires durant une course.

Les agents des forces de l’ordre ont à Kinshasa un accès facile dans les transports en commun.  Selon donc une décision du gouvernement central qui existe depuis plusieurs années, les bus et transports en communs sont, presqu’obligés d’accepter au moins deux policiers ou militaires durant une course. À condition bien sûr que ceux-ci exhibent leur carte officielle au receveur.

Seulement, ils commencent à faire de cet avantage un abus. Dans la soirée généralement, ils accourent parfois même à plus de 4 dans un taxi-bus et se livrent à la merci des insultes et propos mal placés des conducteurs et receveurs. « Nous savons que les policiers et militaires ne vivent pas comme il se doit dans notre pays, mais ils ne manquent pas 500 francs pour payer un taxi. Ils usent très souvent de la mauvaise foi pour profiter de cet avantage qui d’ailleurs, n’a plus lieu d’exister. Cela nous cause d’énormes pertes en faisant le total à la fin de la journée », a déclaré Jipsy, receveur d’un bus appartenant au Gouvernement.

Victimes tous les jours de ces mauvaises expériences, les responsables des entreprises de transports privées se plaignent de ce manque à gagner que leur cause l’abus des agents de l’ordre qui, visiblement, se croient tout permis.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut