International › AFP

A Dakar, des citoyens nettoient une plage envahie de déchets médicaux dangereux

Des enfants avaient transformé en terrain de football une plage de Dakar jonchée de compresses, flacons de sang et aiguilles souillées, abandonnés sur le sable par des hôpitaux voisins. Samedi, des citoyens ont nettoyé le bord de mer de ces déchets dangereux.

Bordée d’eaux turquoises et de chantiers de construction, la plage du Cap-Manuel, jouxtant le centre-ville de Dakar, est remplie de monde. Quelque 200 bénévoles de tous âges et de plusieurs nationalités bravent le chaud soleil pour enlever les déchets médicaux de cette plage, habituellement très fréquentée par les Dakarois.

Une vidéo diffusée fin janvier par un lanceur d’alerte écologiste, Riad Kawar, avait suscité un émoi dans le pays. Elle montrait des dizaines de seringues, cathéters, tubes médicaux usagés abandonnés sur la plage.

« Quand ma vidéo a été diffusée, des médecins m’ont dit que les seringues visibles sur la plage sortaient de blocs de maladies infectieuses, et qu’elles auraient dû être incinérées », explique M. Kawar.

« On est arrivé à un stade de saturation écologique. Il fallait faire quelque chose », martèle t-il, en embrassant du regard la file de bénévoles se dirigeant vers la plage.

El Hadj Abdoulaye Seck, un Franco-sénégalais d’une quarantaine d’années en vacances à Dakar, est parmi eux. « Ce projet est d’une importance capitale. C’est un devoir pour tout citoyen sénégalais de participer au développement de notre pays », dit-il, souriant, avant de se munir d’une fourche et d’un seau.

data-ad-slot="2140806877">

Près de lui, un groupe de jeunes filles ratisse le sable à la recherche de tubes abandonnés. « Cette plage est la nôtre. Nous devons la garder propre pour les générations futures », explique Nogaye Diop, 25 ans, étudiante en management.

Ces déchets sont jetés depuis la falaise qui surplombe la plage par les hôpitaux attenants dont certains ne disposent pas d’incinérateur. A demi-mots, Dibocor Sène, chef de service de la division hygiène hospitalière de l’hôpital Le Dantec, qui jouxte la plage, explique que l’incinérateur censé brûler les déchets connaît des défaillances mécaniques.

« En cas de panne, nous avons un local de stockage des déchets. Mais de temps en temps, ça peut déborder. Quand il est rempli, les sacs sont empilés devant l’incinérateur (puis jetés sur la plage). C’est sans doute ce qui a causé ce tollé », explique M. Sène.

Municipalité, société de collecte des ordures, ministère de la Santé: les autorités contactées par l’AFP se sont renvoyées la responsabilité de l’abandon de ces déchets dans l’espace public. Une enquête a été ouverte par les autorités pour déterminer l’origine des déchets médicaux sur la plage.



À LA UNE
Retour en haut