Politique › Sécurité

Appel à l’installation d’un système d’alerte pour endiguer l’insécurité à Beni

Patrouille des FARDC. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Ce système d’alerte de la population va permettre d’atténuer cette tendance à la panique généralisée observée dans cette ville à chaque fois qu’il y a détonations d’armes.

Les FARDC ont appelé jeudi 2 novembre à la  mise en place d’un système d’alerte de la population quand les détonations  d’armes lourdes et légères sont entendues dans les quartiers périphériques de Beni. Selon le porte-parole des opérations Sokola 1 Nord, depuis quelques jours une panique généralisée est observée dans cette ville à chaque fois qu’il y a détonations d’armes.

«La situation dans le triangle dit de la mort, singulièrement sur la route Mbau-Kamango est pour l’instant volatile par ce que l’activisme de l’ennemi est avéré», a annoncé le porte-parole des opérations Sokola 1 Nord, le capitaine Mak Hazukay.

Il confirme également  que les FARDC et les rebelles des ADF continuent toujours  à s’affronter pour le contrôle total de  l’axe Mbau-Kamango.

«Pour l’instant, je serai menteur si je vous disais que l’armée contrôle la route Mbau-Kamango  et il y a encore des poches de résistance», a-t-il poursuivi.

En moins de deux semaines, les ADF ont attaqué plusieurs positions de l’armée congolaise. Les habitants de Beni ont tendance à courir dans tous les sens lorsque les balles sifflent, les exposant ainsi au danger
.
«Voilà pourquoi je lance un appel à l’endroit des ONG, de la police, la protection civile qu’ensemble on puisse travailler pour mettre en place un système d’alerte. Quand ça crépite, le premier réflexe est de savoir ça vient d’où et attendre le communiqué officiel l’armée», a conseillé le capitaine Hazukay.



Bon plan
Publié le 26.02.2020

Monument à la gloire des soldats congolais

C'est un mémorial érigé en l'honneur des soldats congolais. Il y a trois soldats représentés sur ce monument. Ce sont trois hommes de plus ou…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Kinshasa et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut