› Santé

Nouveaux cas d’ébola détectés à Bikoro

Nouvelle épidémie d'ébola en RDC

La République démocratique du Congo fait face à une nouvelle épidémie du virus Ebola. Sur les 17 décès enregistrés dans la province de l’Équateur (nord-ouest du pays), deux cas se sont révélés positifs au virus.

Le gouvernement rapporte que le jeudi 3 mai 2018, la Division provinciale de la Santé de l’Equateur a notifié au niveau central du Ministère de la Santé 21 cas de Fièvre avec des signes hémorragiques et 17 décès communautaires dans l’aire de santé d’Ikoko Impenge située dans la zone de santé de Bikoro dans la Province de l’Equateur. Jusque-là, le lien direct entre ces morts et Ébola n’est pas encore confirmé officiellement. La période à partir de laquelle le décompte de 17 morts a débuté n’a pas été communiquée. Le communiqué signé par Lambert Matuku, ministre d’Etat chargé du travail, au nom du ministre de la santé Oly Ilunga, en mission, ajoute qu’une équipe du niveau central du Ministère de la Santé, appuyée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et Médecins Sans Frontières (MSF), s’est rendue sur place le samedi 5 mai 2018. L’équipe a trouvé 5 cas actifs, dont 2 hospitalisés à l’Hôpital Général de Bikoro et 3 dans le centre de santé d’Ikoko Impenge.

Le plan de riposte pris par le ministère de la Santé a été approuvé par le gouvernement, a détaillé mardi un compte rendu du Conseil des ministres transmis à l’AFP. « Depuis la notification des cas le 3 mai dernier, aucun décès n’a été rapporté », reprend le communiqué du ministère, sans préciser la date du déclenchement de l’épidémie. Appuyée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et Médecins sans frontières, une équipe du ministère de la Santé s’est rendue sur place dans la ville de Bikoro, l’épicentre de l’épidémie. Avec pour objectifs de, « travailler avec le gouvernement de la République démocratique du Congo et les partenaires pour réduire les pertes en vies humaines et les souffrances en lien avec cette nouvelle épidémie d’Ebola », a déclaré le docteur Peter Salama, directeur-général adjoint de l’OMS dans un communiqué.

 

En mai dernier, une épidémie a été déclarée à Likati (Bas-Uélé) et avait occasionné le décès de 4 personnes sur les 5 cas qui ont été confirmés. 583 personnes recensées qui ont été en contact avec des cas suspects avaient été testées négatifs, d’après le ministère de la santé. C’est la 9e épidémie d’Ebola depuis la découverte du virus sur le sol congolais en 1976. L’OMS veut rassembler d’autres échantillons et sensibiliser les populations. Cela par le biais   de messages de prévention et des contrôles

À LA UNE
Retour en haut