Politique › Sécurité

La Russie va permettre à la RDC de mettre fin à l’embargo sur les armements

FARDC

Le ministre de la Défense a présenté aux sénateurs ce mercredi 13 juin 2018 le projet de loi autorisant la ratification par la République Démocratique du Congo de la Convention sur la coopération militaire et Technique entre le gouvernement de la Fédération de Russie.

Pour le ministre Crispin Atama, cette loi est importante dans la mesure où il va permettre à l’armée nationale de s’approvisionner en armement de qualité afin de mieux protéger le territoire national. Dans sa présentation aux sénateurs le ministre Crispin Atama Atabe a affirmé que le pays est sous embargo de manière voilée. Selon lui, les partenaires traditionnels limitent leurs coopérations à la formation et non à la dotation des équipements. « Quand je suis arrivé au ministère de la défense en 2015, le président de la République m’a demandé d’étudier les voies et moyens pour élever le niveau de notre armée nationale. On s’est rendu compte qu’avec les accords signés avec nos partenaires traditionnels comme la France, la Belgique et les USA par exemple, la coopération ne se limite qu’à à la formation des militaires. Et selon eux, tant qu’il y aura des groupes armés dans le territoire national, il n’y a aucun moyen de nous livrer des matériels de guerre. C’est un embargo non-dit. C’est pourquoi nous avons estimé qu’il était nécessaire de réveiller cet accord avec la Russie qui va nous permettre d’avoir non seulement de la formation mais surtout de nous doter des matériels nécessaires » a indiqué le ministre de la défense.

Crispin Atama Atabe a répondu aux questions de certains sénateurs qui voulaient savoir pourquoi réveiller en ce moment précis cet accord. « Nous avons transmis cette loi depuis 2016 à l’Assemblée Nationale après l’avoir adopté en conseil en des ministres c’est maintenant que la chambre basse a choisi l’adopter et vous la transmettre. Mais c’est depuis 2015 que nous travaillons sur ce dossier qui est important pour le pays parce qu’il doit permettre à nos soldats de bénéficier de la formation, des transferts des technologies mais aussi de se doter des équipements de guerre de qualité ». Le ministre a également affirmé que sur les 450 millions USD annuels affectés au ministère de la Défense nationale, 80% sert à la rémunération et 20 % à l’investissement, au fonctionnement et à l’équipement.

 

 

À LA UNE
Retour en haut