› Non classé

Revue de presse de ce mercredi 30 mai 2018

Les journaux parus ce matin ont notamment évoqué le message de condoléances de la Présidence congolaise au Roi des Belges après l’attentat de Liège, les visites des chefs d’Etat africain à Paris ainsi que la tripartite CNSA-CENI-Gouvernement sur le processus électoral.

FORUM DES AS qui ouvre le bal annonce à sa Une: « A la suite de l’attentat terroriste survenu hier à Liège : Joseph Kabila adresse les condoléances du peuple congolais au Roi des Belges ». Ce journal rapporte que l’attaque terroriste survenue hier à Liège, en Belgique, n’a pas laissé le Raïs rd congolais indifférent. Un tweet estampillé « Palais de la Nation » destiné au Roi Philippe, a traduit la solidarité du peuple congolais avec le peuple belge dans cette circonstance tragique pour la Belgique. Mais le quotidien ne s’est pas empêché de se demander si ce message va-t-il présager la normalisation des relations entre Kinshasa et Bruxelles.

« Vu d’Afrique, le message de condoléances de Joseph Kabila au Souverain des Belges charrie les valeurs d’humanité inhérentes à la culture africaine. A savoir, qu’en cas de malheur-catastrophe naturelle, mort d’hommes, deuil…- on met une sourdine aux différends et on exprime sa compassion et sa solidarité avec la communauté éprouvée… », rappelle FORUM DES AS sans occulter ce pas vers une normalisation des relations entre les deux pays.

Le POTENTIEL, de son côté, revient sur le ballet diplomatique des chefs d’Etat africains en France et titre : « Sortie de crise en RDC : Paris à la manette ». Pour ce tabloïd, Kinshasa est dans tous ses états et cherche à décrypter le ballet diplomatique qui s’observe à Paris à l’invitation du Président Emmanuel Macron. « Après le Rwandais Paul Kagame et l’Angolais Joâo Lourenço, quatre autres présidents africains sont annoncés dans la capitale française, à savoir le Congolais Dennis Sassou Nguesso, le Nigérien Mahamadou Issoufou, le Tchadien Idris Deby Itno et le Tunisien Mohammed Béji Caïd Essebsi », annonce Le Potentiel. Avant d’indiquer que Paris est au cœur de grands enjeux qui visent la sortie de crise en RDC.

La REPUBLIQUE se lance dans le même dossier et titre à sa Une : « Alternance en RD Congo : Lourenço et Macron plus intransigeants ». Le journal note que c’est non sans raison que Kinshasa s’est plaint du ballet diplomatique en cours dans la capitale française. Les présidents du Rwanda, de l’Angola et du Congo Brazzaville sont, ces derniers jours, les précieux hôtes du président français Emmanuel Macron. Dans l’entretien entre les présidents français et angolais, « ils sont montrés bien fermes en réplique à l’exigence de Kinshasa », indique ce tabloïd.


Le PHARE, pour sa part, relaye à sa manchette une publication de Jeune Afrique et titre, « Double nationalité : le bal des hypocrites ». Jeune Afrique via ce quotidien constate qu’officiellement la Constitution congolaise interdit la binationalité, mais au sein de la majorité comme de l’opposition, personne ne semble en tenir compte. L’hebdomadaire français en veut pour preuve quelques cas notamment le demi-frère de Moïse Katumbi, Katebe Katoto ; Maguy Rwakabuba et Willy Mishiki qui auraient la nationalité belge.

La PROSPERITE se concentre sur la CENI et relaye les inquiétudes du CALCC. « Appel pressant du CALCC au CNSA. CENI : la redynamisation de nouveau exigée ! », titre ce journal à sa Une. La consoeur souligne que dans tous les cas, avec ou sans machine à voter, avec ou sans enrôlement des Congolais de l’étranger, les élections doivent être organisées le 23 décembre 2018. Et le CALCC travaille à faire lever les obstacles cachés qui bloquent la voie à la tenue des élections en vue d’une passation à l’amiable du pouvoir au sommet de l’Etat.

L’AVENIR quant à lui informe sur la tripartite entre les trois composantes importantes du processus électoral et publie à sa Une : « Enrôlement des Congolais de l’étranger: La tripartite CNSA-Gouvernement-CENI attendue ». Le journal se lance dans une série de questions autour de cet enrôlement de plus en plus hypothétique. « Qu’adviendra-t-il si les Congolais de l’étranger ne sont pas enrôlés, conformément au calendrier électoral qui prévoit leur identification du 1er juillet au 28 septembre 2018 ? Faudra-t-il amender la loi électorale ? La diaspora ne va-t-elle pas crier à l’injustice, maintenant que la CENI va convoquer l’électorat en juillet 2018, sans qu’elle ne soit enrôlée ? Faudra-t-il retarder l’organisation des élections générales prévues au mois de juillet 2018, parce que la diaspora n’aura pas été identifiée ? », s’interroge le journal. Ces questions pourraient trouver des réponses dans cette tripartite.

L’Agence congolaise de presse (ACP) reste également dans ce sujet du processus électoral et titre : « L’union européenne soutient le processus électoral en RDC ». L’Ambassadeur de l’Union européenne (UE) en RDC, Bart Ouvry, a réaffirmé mardi à Kinshasa, le soutien de l’UE au processus électoral en RDC tout comme la communauté internationale qui le suit de très près, au sortir d’une audience auprès du 1er vice-président du Sénat, Edouard Mokolo wa Mpombo, annonce ce média public dans son bulletin du jour.

À LA UNE
Retour en haut