Santé › Actualité

MSF ouvre un centre anti-choléra à Kinshasa

C’est pour contenir l’épidémie, que Médecins sans frontières (MSF), en collaboration avec le ministère de la Santé, construisent un Centre de traitement de choléra, au Camp Luka, quartier considéré comme épicentre de cette épidémie.

Malgré le soleil de plomb et les bruits du groupe électrogène, Kévin et ses collègues, logisticiens de Médecins Sans Frontières, espèrent terminer les travaux ce dimanche.

«On a commencé il y a quatre jours et nous espérons ouvrir lundi ou même ce dimanche parce que dans les autres sites, il y a maintenant beaucoup de malades», dit-il.

Dès l’arrivée d’un cas suspect au centre, le circuit du patient a été conçu de façon à permettre une prise en charge médicale rapide et efficace, explique le docteur Oly Ilunga, ministre de la Santé.


«S’il est à un stade de déshydratation sévère, il passe en zone C. S’il est dans une zone de déshydratation moins sévère, il est en zone B et puis ensuite, la zone A où se trouvent les personnes qui sont prêtes, en fait, à rentrer chez elles», explique le ministre. Et sur le plan logistique et hygiénique, rien n’est laissé au hasard, assure également Kévin. «Ici il y a deux douches et deux latrines et là, la morgue…».

Malgré toutes ces précautions, un voisin du centre ne cache pas ses inquiétudes. « C’est inquiétant. Tout le monde peut l’attraper… », s’inquiète-t-il. Kévin comprend ces craintes et espère une meilleure communication pour rassurer les voisins. « Ils ont peur parce que je pense que la compréhension du choléra n’est pas acquise ».

Le ministère de la Santé et MSF insistent sur les caractères communautaires de l’approche. Les relais communautaires ont été mis à contribution pour sensibiliser les habitants du quartier.

À LA UNE
Retour en haut