Personnalités › Interviews

Pour Me Tunda ya Kasende, la lutte de Lumumba et celle de Laurent-Désiré Kabila sont similaires

Ce cadre du PPRD s’exprimait ainsi à l’occasion de la commémoration du 57ème  anniversaire de la mort de Patrice Emery Lumumba.

Me Tunda ya Kasende, cadre du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) estime que la lutte de Lumumba et celle de Laurent-Désiré Kabila sont similaires.

A l’occasion de la commémoration ce mercredi 17 janvier du 57ème  anniversaire de la mort de l’ancien Premier ministre Patrice Emery Lumumba, M. Tunda ya Kasende note que les deux hommes d’états ont été assassinés parce qu’ils défendaient les mêmes causes, notamment l’indépendance de la RDC.

« Ils sont morts parce qu’ils ont accepté de sacrifier leurs vies pour défendre l’indépendance de notre pays, la souveraineté du Congo et la dignité du peuple congolais. Nous avons souvent tendance à l’oublier et certains d’entre nous, à la solde des mains et intelligences étrangères, semblent oublier ce phénomène » affirme-t-il.

Le cadre du PPRD relève à ce sujet quelques similitudes dans les propos tenus par les deux anciens dirigeants congolais  au cours de leurs carrières politiques.


« Lumumba a dit l’histoire du Congo ne s’écrira pas à Paris, pas en Belgique, pas aux USA, et M’zee dit que les Congolais doivent s’organiser pour prendre leur destin en main », se souvient-il.

Les Congolais écrivent cependant leur histoire ailleurs

Quant à la volonté du tout Premier ministre Lumumba qui a souhaité que l’histoire du Congo s’écrive par ses propres fils, Me Tunda ya Kasende regrette que la classe politique congolaise actuelle cherche à écrire cette histoire du pays en dehors des frontières nationales.

« Nous nous prenons en charge malheureusement de diverses manières. Il y a ceux qui vont à l’Ile de Gorée pour recevoir des instructions, il y en a qui vont à Genval se réunir avec des étrangers pour recevoir des orientations pour ce qu’ils doivent faire par rapport à l’atteinte de notre souveraineté », a déploré le juriste faisant allusion aux réunions d’opposants congolais organisées au Sénégal et en Belgique en 2016 avant l’expiration du deuxième et dernier mandat du Président Kabila.

À LA UNE
Retour en haut