› Santé

La RDC Face à la gravité de l’épidémie d’ébola

« Nous entrons donc dans une nouvelle phase de l’épidémie d’Ebola qui touche désormais trois zones de santé, dont une zone de santé urbaine », a déclaré Dr Oly Ilunga, ministre de la Santé.

Le Gouvernement a réceptionné 5.400 doses de vaccin contre le Virus Ebola. Selon Dr. Oly Ilunga, ministre de la santé, il s’agit d’un vaccin dont l’efficacité a été établie lors de la dernière épidémie en Afrique de l’Ouest. Ce vaccin serait le plus grand atout pour maîtriser l’épidémie. Cependant pour arriver jusqu’à Mbandaka et à Bikoro, il faut une logistique quasi-parfaite. L’un des piliers de cette logistique, c’est la chaîne de froid. « Il faut garantir une conservation à moins -80°jusqu’au lieu d’administration. A ce stade, la chaine de froid est garantie à -80° jusqu’à Kinshasa. Il y a un frigo qui est en train d’être préparé à Mbandaka et qui sera à -80°. D’ ici au début de la semaine prochaine, toute la chaine de froid sera garantie à -80° jusqu’à Bikoro et dans les aires de santé avoisinantes », déclare le ministre de la santé, Dr. Oly Ilunga.

A ceux qui considèrent que ce vaccin sera administré à des Congolais à titre expérimental, le ministre rejette tout : “Lorsque l’efficacité d’un médicament a été démontrée par les structures internationales, il n’y a pas lieu de faire une expérimentation particulière en RDC. L’efficacité du vaccin a été démontrée et validée par l’OMS et les structures scientifiques internationales. Donc aujourd’hui qu’il y a le virus Ebola, nous devons user toutes les ressources que nous avons à notre disposition. Je pense que ceux qui disent que le vaccin est expérimental, ils le disent par ignorance. Je pense que le vaccin nous aidera à sauver des vies dans la province de l’Equateur, en RDC, et dans les pays limitrophes. Ce vaccin nous permet de circonscrire le virus, donc nous devons l’utiliser.”

550 personnes sous surveillance

La campagne de vaccination sera ciblée sur les professionnels de la santé exposés, les personnes ayant été en contact avec des cas confirmés et les personnes étant rentrées en contact avec eux. «  Le travail qui est en train d’être fait par les équipes sur place est d’établir des listes des personnes qui ont été en contact avec les cas confirmés, adresses, ménages, villages, etc. A ce stade, nous sommes à plus de 550 personnes suivies. Nous sommes en contact avec ces personnes », affirme le ministre de la santé.  Ces listes serviront de micro-plan pour la stratégie de vaccination. Stratégie qui consistera à faire du porte à porte.  Des personnes sont suivies par les équipes du ministère de la santé dans la province de l’Equateur afin de circonscrire l’épidémie d’Ebola. Ces personnes auraient été en contact directement ou indirectement avec des cas confirmés. La campagne de vaccination pourra débuter la semaine prochaine. Par ailleurs, le ministre annonce que ses équipes vont intensifier la surveillance et le traçage de la population à toutes les voies d’accès aériennes, maritimes et routières. Ainsi, dit-il, les autres villes de la province de l’Equateur ainsi que les villes en amont et en aval de Mbandaka sur le fleuve sont également placées sous surveillance sanitaire.

Cette nouvelle épidémie constitue une urgence de santé publique de portée nationale et internationale, a-t-il ajouté. Au niveau mondial, un comité d’experts décidera s’il convient de déclarer une « urgence de santé publique de portée internationale », ce qui entraînerait une plus grande implication internationale, la mobilisation de la recherche et des ressources, a déclaré jeudi 17 mai 2018, le porte-parole de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Christian Lindmeier. A Kinshasa,  le site internet ACTUALITE.CD  a lancé lancé le jeudi 17 mai 2018 une rubrique « éphémère »100% Ebola, un fil info avec #EbolaRDC sur Twitter et une capsule multimédia adaptées aux réseaux sociaux pour tenir les populations et informés de toute l’actualité de cette épidémie.

 

 Le nombre de cas confirmés passe de 3 à 13 à Bikoro

La situation épidémiologique de la Maladie à Virus Ebola en date du 16 mai 2018 :

 


    • Au total depuis le début de l’épidémie : 45 cas de fièvre hémorragique dont 10 suspects, 21 probables et 14 confirmés ;
    • 1 nouveau décès communautaire (avec lien épidémiologique avec un cas) à Bikoro ;
    • 1 cas suspect décédé à Wangata;
    • 11 cas confirmés à Bikoro parmi les tests qui étaient en cours d’examen;
    • Jusqu’à présent, 1 cas confirmé d’Ebola est décédé;
    • Le nombre total de décès est passé de 23 à 25;
    • Aucun nouveau professionnel de santé n’a été contaminé.

 

À LA UNE
Retour en haut